Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Création d’une Délégation générale pour la protection de l’enfance




Création d’une Délégation générale pour la protection de l’enfance
Le Maroc envisage de créer une délégation générale pour la protection de l’enfance, a affirmé le coordinateur général et membre du conseil d’administration de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, Azzedine Belmahi.
Intervenant lors d’une table ronde qui a été organisée jeudi à Safi par l’Association Droits et justice et la Fondation allemande Hanns Seidel, M. Belmahi a expliqué que la protection efficace de l’enfance, notamment des mineurs incarcérés requiert la création d’une délégation générale pour la protection de l’enfance qui aura pour principal rôle de gérer les maisons de redressement placées, actuellement, sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et des Sports.
Une réflexion est engagée, actuellement, pour la création de deux types de centres au profit des enfants détenus : un premier centre ouvert où l’enfant, qui a commis une simple erreur, pourra poursuivre ses études et revenir vivre avec sa famille tandis que le second centre sera fermé et va accueillir les enfants mineurs ‘’en conflit avec la loi’’ qui bénéficieront, pendant la période de surveillance, d’un programme intégré de mise à niveau et de réinsertion, a précisé le responsable.
Lors de la rencontre s’articulant autour du thème ‘’La réforme de la justice pénale au Maroc : étape de la réinsertion des détenus’’, M. Belmahi a indiqué que la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus va examiner, lors d’une rencontre prévue le mois prochain avec le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, la possibilité d’organiser une conférence sur ‘’la réhabilitation” du détenu après qu’il ait quitté la prison, appelant à l’organisation de rencontres au sein des établissements pénitentiaires pour s’informer sur la réalité carcérale, notamment sur la formation professionnelle.
Dans ce contexte, il a mis l’accent sur la nécessité de donner la priorité à la formation des détenus qui purgent une peine de 3 années et aux femmes, ajoutant qu’il faut veiller à ce que les détenus libérés poursuivent leur formation dans l’établissement de formation professionnelle le plus proche de leurs lieux de résidence conformément à la convention conclue avec les établissements de formation professionnelle.
D’autre part, M. Belmahi a annoncé que la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a décidé de construire un centre d’assistance post-carcérale dans la ville de Safi dans les six prochains mois.
Il a, aussi, appelé à l’amélioration de la qualité du traitement réservé aux détenus, à la modernisation des règles minima pour un traitement des détenus en phase avec la réalité du programme de réinsertion, précisant que des propositions seront présentées sur ce sujet lors d’une rencontre internationale prévue au Brésil.

MAP
Mercredi 11 Décembre 2013

Lu 450 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs