Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Crash meurtrier d'un avion américain en Afghanistan

Reprise des mains des talibans, Kunduz retrouve un calme fragile




Le crash d'un avion de transport militaire américain C-130 a fait au moins 11 morts vendredi en Afghanistan au moment où des combats féroces opposaient l'armée afghane aux talibans pour le contrôle d'une ville stratégique du Nord tombée cette semaine aux mains des insurgés.
 Le C-130 s'est écrasé aux alentours de minuit (jeudi à 19h30 GMT) à l'aéroport de Jalalabad, grande ville de l'Est, près de la frontière pakistanaise.
Six militaires américains et cinq sous-traitants de sociétés privées ont été tués, a annoncé un responsable américain de la Défense. "L'équipage et les passagers sont morts", a précisé le colonel de l'armée de Terre américaine Brian Tribus.
 La mission de l'Otan, qui a également fait état de 11 morts, n'a de son côté donné aucune explication sur les causes de la perte de l'avion. Les talibans, qui s'attribuent régulièrement et sans preuve la paternité de crashs aériens en Afghanistan et ont tendance à exagérer leurs bilans, ont affirmé avoir abattu l'appareil.
 "Nos moudjahidine ont abattu un quadrimoteur américain à Jalalabad", a déclaré sur Twitter le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, avançant pour sa part un bilan d'au moins 15 morts.
 Rien vendredi ne permettait par ailleurs de confirmer que la perte de l'avion avait été la conséquence de tirs ennemis.
Le C-130 est un quadrimoteur doté de multiples versions, capable de décoller et d'atterrir sur des pistes courtes ou sommairement aménagées.
Les sous-traitants travaillaient pour la nouvelle mission de l'Otan "Soutien résolu" destinée à conseiller et former les forces afghanes désormais seules en première ligne face à l'insurrection talibane depuis la fin de la mission de combat des forces de la coalition en décembre dernier.
 L'Alliance ne compte plus que 13.000 soldats en Afghanistan, dont 10.000 Américains.
 La ville de Jalalabad se trouve sur une route importante reliant Kaboul au Pakistan, base arrière de nombreux jihadistes. L'aéroport local, qui héberge une importante base militaire, a été la cible d'attaques à plusieurs reprises.
 En décembre 2012, les talibans avaient lancé plusieurs kamikazes à l'assaut de cet aéroport. Cinq Afghans -- trois gardes et deux civils -- avaient péri, les assaillants n'ayant pu pénétrer au-delà du premier rideau défensif de ce camp ultra-fortifié.
Le crash est survenu alors que les forces afghanes ont repris jeudi une partie de la ville stratégique de Kunduz (nord) des mains des talibans, qui l'avaient prise en quelques heures lundi.
 Depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 par une coalition emmenée par les Etats-Unis, les talibans concentrent leurs attaques dans leurs fiefs du Sud. Mais au cours des derniers mois, les insurgés ont renforcé leurs positions dans le secteur de Kunduz, verrou stratégique du nord du pays sur la route du Tadjikistan.
 De nombreux habitants avaient indiqué à l'AFP jeudi que l'armée avait repris plusieurs quartiers centraux. Jeudi soir, le ministre de la Défense par intérim Massoum Stanekzaï avait prévenu que "les opérations de dégagement se poursuivaient".
 Et les talibans, qui ont démenti tout recul, bataillaient âprement pour conserver leur ascendant dans certains quartiers.
 La reprise de Kunduz, si elle devait se confirmer, serait loin de marquer pour Kaboul une victoire sur le long terme contre les talibans, qui ont montré ces derniers jours leur puissance dans cette région du nord du pays, où ils combattent les forces gouvernementales sur plusieurs fronts.
La prise de Kunduz en quelques heures lundi, puis son occupation par les insurgés, resteront comme un très grave revers pour le président Ashraf Ghani, en place depuis tout juste un an. Lors d'une conférence de presse jeudi soir, il a d'ailleurs promis de "punir tous ceux qui ont manqué à leurs devoirs" dans cette déroute.

Samedi 3 Octobre 2015

Lu 365 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs