Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Crash d'un ATR 42 en Papouasie

Troisième catastrophe aérienne en moins d'un an en Indonésie réputée pour son piètre bilan en matière de sécurité aéronautique




Des équipes de secours étaient en route lundi vers une région montagneuse d'Indonésie pour atteindre la zone isolée où des débris d'avion ont été repérés après le crash d'un ATR 42 avec 54 personnes à bord, et de l'argent liquide d'une valeur de 420.000 euros.
Il n'y a eu jusqu'ici aucune déclaration concernant d'éventuels survivants. Il s'agit de la troisième catastrophe aérienne en moins d'un an dans ce pays d'Asie du Sud-Est affichant un piètre bilan en matière de sécurité aéronautique.
L'avion de transport régional opéré par la compagnie indonésienne Trigana Air a perdu le contact avec le contrôle aérien dimanche après-midi lors d'un vol d'environ 45 minutes, par mauvais temps, entre Jayapura, capitale de la province orientale de Papouasie, et Oksibil, à un peu moins de 300 km au sud.
L'appareil - un bi-turbopropulseur ATR 42 - transportait 44 passagers adultes, cinq enfants et les cinq membres d'équipage, ainsi que 6,5 milliards de roupies (420.000 euros) en liquide. Cet argent public convoyé par des responsables de la poste devait être distribué à des familles pauvres de la province, a déclaré Haryono, le chef de la poste de Jayapura, qui n'a qu'un patronyme comme nombre d'Indonésiens.
Mais l'avion à hélices a disparu des écrans radars environ dix minutes avant d'arriver à Oksibil, dans une région montagneuse très difficile d'accès, peu après avoir demandé la permission d'effectuer la descente en vue de l'atterrissage.
Un responsable du ministère indonésien des Transports a indiqué lundi qu'un avion dépêché dans la zone de recherches avait repéré des débris d'avion recouverts de fumée. Des villageois avaient déjà raconté dimanche avoir vu l'appareil de Trigana Air s'écraser contre une montagne et repéré l'épave.
Une équipe de secours comprenant des policiers se dirigeait à pied vers le site très difficile à atteindre, à quelque 2.600 mètres d'altitude.
"La zone est escarpée et recouverte d'une forêt dense. Il n'y a pas de route, aucun accès du tout", a déclaré un porte-parole de l'armée en Papouasie.
Des proches de personnes à bord de l'appareil s'impatientaient et se disaient frustrés par le manque d'informations.
L'Indonésie a un piètre bilan en matière de sécurité aérienne. En décembre, un avion de la compagnie AirAsia parti de Surabaya, deuxième ville de l'archipel, à destination de Singapour, s'est abîmé en mer de Java, provoquant la mort de 162 personnes, parmi lesquelles le copilote français.
Air Trigana, une petite compagnie fondée en 1991 et desservant une quarantaine de destinations intérieures, figure sur une liste noire l'interdisant de vol dans l'Union européenne. La compagnie a connu 14 incidents depuis son lancement, selon le Réseau de sécurité aérienne, qui répertorie les accidents aériens.
Fin juin, un avion de l'armée de l'air indonésienne qui transportait des membres de familles de militaires et des civils s'est écrasé sur un quartier de la ville de Medan (ouest), faisant 142 morts, parmi lesquels une vingtaine d'habitants.
La Papouasie est souvent desservie par de petits appareils, et la météo a été à l'origine de plusieurs accidents ces dernières années.

Mardi 18 Août 2015

Lu 252 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs