Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Course à l’Elysée : Vers un match à quatre à la présidentielle




Course à l’Elysée :  Vers un match à quatre à la présidentielle
A trois mois du premier tour, la présidentielle française se présente sous un jour inédit, car le duel attendu entre le sortant Nicolas Sarkozy et son adversaire socialiste François Hollande laisse place à un quatuor réunissant aussi l'extrême droite et le centre.
"L'originalité de la campagne actuelle est en effet qu'il s'agit pour la première fois d'un match à quatre et non pas à trois, comme toujours de 1965 à 2007", observait jeudi dans le quotidien Libération l'influent éditorialiste Alain Duhamel. Favori des sondages depuis son investiture, François Hollande reste en tête des intentions de vote au premier tour avec 28% à 30%, devant Nicolas Sarkozy, qui doit officialiser sa candidature vers la fin février (23-24%), Marine Le Pen (18-20%) et François Bayrou, à 12-14%.
Mais la cote de François Hollande, qui tient dimanche son premier grand meeting de campagne, s'érode lentement mais sûrement et Nicolas Sarkozy reste très impopulaire (63% de jugements défavorables), alors que Marine Le Pen et François Bayrou ne cessent de progresser. Marine Le Pen a en partie réussi à débarrasser son parti, le Front national, de son image de mouvement xénophobe. Son discours dur sur l'islam et l'immigration et le discrédit des élites dans une France en crise économique et identitaire lui donnent un écho de plus en plus important.
Elle rêve de rééditer l'exploit de son père Jean-Marie Le Pen, qualifié en 2002 pour le second tour, puis largement battu par Jacques Chirac. Quand au candidat centriste, il est passé de 7% des intentions de vote en décembre à 14% mi-janvier et les sondeurs évoquent désormais une "dynamique Bayrou". Les enquêtes d'opinion montrant qu'une majorité de Français ne se reconnaissent plus dans les notions de droite et de gauche, sont pain bénit pour François Bayrou qui a fait de son indépendance sa marque de fabrique. A tel point que l'hebdomadaire L'Express a consacré à Marine Le Pen et à François Bayrou sa dernière couverture: "Et si c'était eux ?". Pour le magazine, les deux outsiders visent une "cible identique: les laissés-pour-compte de la crise économique". Les discours des deux candidats semblent d'ailleurs parfois se répondre: quand Marine Le Pen prétend parler au nom des "oubliés" et de la "majorité invisible", François Bayrou se fait le porte-voix des "petits, des obscurs, des sans-grade". Et quand le centriste relance le slogan "achetez français" en réponse à la désindustrialisation du pays, la candidate d'extrême droite veut faire voter une loi baptisée "achetons français". Même l'ancien sarkozyste Dominique Paillé, ex-porte-parole du parti présidentiel UMP, met en scène dans un livre de politique-fiction paru début janvier la défaite de Nicolas Sarkozy, victime de sa droitisation. Dans cette humiliation d'une élimination au premier tour, le 22 avril prochain, il serait accompagné par François Hollande, décrit comme incapable de décider. Dans "Panique à l'Elysée", il prédit ainsi la qualification au second tour de Marine Le Pen et de François Bayrou, la victoire finale allant le 6 mai au leader centriste. "Bayrou élu, ce n'est pas impossible. Il prend chez nous et à droite", reconnaît ainsi le patron des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault contribuant, comme une floraison d'articles et de commentaires, à créer une effervescence médiatique autour du centriste.
Lors de son premier meeting de campagne jeudi soir, François Bayrou a lancé un appel à "résister" au "peuple", en lui demandant de "ressaisir le destin de la France" et affirmant qu'une "majorité de Français" ne voulaient ni de Nicolas Sarkozy ni de François Hollande. "Notre pays est prêt à faire ce grand choix. Les gens sont en colère, ils ont besoin de sanctionner les fautes", croit dur comme fer cet ancien ministre de droite de 60 ans dans un entretien au Figaro magazine qui, cette fin de semaine, lui consacre aussi sa couverture.

AFP
Samedi 21 Janvier 2012

Lu 547 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs