Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coups de feu dans la région de Tendrara : Deux tribus s’étripent pour un pâturage




Un individu a été transféré hier du tribunal militaire de Rabat à la Cour d’appel d’Oujda. Accusé de tentative de meurtre avec préméditation et usage d’arme non autorisée, le mis en cause risque gros dans cette affaire. Surtout qu’il a tout avoué devant les enquêteurs et le procureur général du tribunal militaire de Rabat. D’après des sources concordantes de la région, l’accusé, appartenant à la tribu Ouled Sidi Saîd, avait ouvert le feu, la semaine dernière, sur trois hommes de la tribu Beni Yekil de la même région du Tendrara à la frontière maroco-algérienne. L’incident qui a eu lieu pour un pâturage a failli déclencher une tuerie entre les deux tribus. Heureusement, l’intervention d’autres nomades, des sages des deux tribus et des gendarmes de la région a apaisé les tensions.
Tout a commencé quand les trois habitants de la tribu Beni Yekil ont refusé de céder le pâturage au mis en cause, qui avait jugé que le pacage était plus proche de sa tribu que de la leur. L’accrochage verbal n’a duré que quelques minutes. Selon des témoins, l’accusé s’est retiré quelques minutes avant de récidiver, cette fois-ci, armé d’une carabine. N’ayant pas apprécié cette menace, les trois victimes lui ont tenu tête. Sans hésitation, l’individu tire un premier coup de feu blessant l’un des trois hommes à la main. Ce qui a provoqué la colère des deux autres. Armés de pierres, ils ont tenté de résister à l’homme armé. Pris de panique, il tire deux autres coups, touchant le premier à la jambe et le second à la hanche.
Un acte qui risquait de déclencher un carnage entre les deux tribus habituées à ce genre d’accrochage armé. D’après notre témoin, s’entretuer pour un pâturage n’est pas nouveau dans cette région. Plusieurs escarmouches ont eu lieu dans cette région entre des nomades marocains et algériens pour une parcelle de pâturage. Des dizaines de personnes ont péri dans de tels conflits. D’autres portent encore des séquelles.
Il avait fallu l’intervention des gendarmes pour mettre fin à cet incident aux conséquences fatales. D’autant que des individus des deux tribus avaient affiché leur détermination de venger les leurs et défendre leur pâturage. Heureusement que les gendarmes étaient présents pour faire régner l’ordre et disperser les foules. Les blessés ont été évacués sur l’hôpital provincial d’Oujda. L’accusé, quant à lui, a été transféré au tribunal militaire de Rabat qui a décidé hier de remettre son dossier à la Cour d’appel d’Oujda.

Rida ADDAM
Mercredi 1 Juin 2011

Lu 154 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs