Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup dur pour les Catalans : Rechute pour Vilanova,retour d'Abidal




Coup dur pour les Catalans : Rechute pour Vilanova,retour d'Abidal
L'entraîneur du FC Barcelone, Tito Vilanova, devait être opéré jeudi en raison d'une rechute de son cancer, a annoncé le club mercredi, relançant les interrogations sur le nom d'un éventuel successeur à la tête de l'équipe catalane en tête de la Liga.
Quelques minutes après cette annonce, le club a annoncé le retour à l'entraînement du défenseur international français Eric Abidal, greffé du foie en avril dernier, également après un cancer. "Ce mercredi, Eric Abidal a recommencé à s'entraîner normalement avec le reste de ses coéquipiers", a déclaré le club dans un communiqué.
Homme discret qui a longtemps vécu dans l'ombre de son ami Pep Guardiola, l'ancien entraîneur du Barça, Vilanova, 44 ans, avait été opéré une première fois en novembre 2011 d'une tumeur à une glande salivaire, avant d'être propulsé à la tête de l'équipe catalane au printemps.
Des messages de soutien ont afflué du monde entier depuis que l'information a filtré mercredi matin sur une rechute de sa maladie, avant que le Barça ne la confirme en fin de journée.
Les examens médicaux ont montré "une extension de sa pathologie, qui rend nécessaire un traitement chirurgical", a annoncé le club, précisant que l'entraîneur devrait rester hospitalisé "trois ou quatre jours" avant de suivre une chimiothérapie et une radiothérapie.
Ce traitement devrait durer "environ six semaines", ajoute le Barça. "Durant cette période et selon son évolution, son traitement et ses activités professionnelles pourront être menés de pair", précise le club.
Vilanova devrait être provisoirement remplacé par son adjoint Jordi Roura, affirmait le quotidien El Economista, citant des sources proches du club.

Produit de La Masia
Le Real Madrid, éternel rival du FC Barcelone, a souhaité un "prompt rétablissement" à Tito Vilanova.
"Toute ma force et mon soutien à Tito Vilanova! Nous sommes tous avec toi pour surmonter cette nouvelle épreuve", a lancé le champion de tennis espagnol Rafael Nadal sur son compte Twitter.
Après son opération le 22 novembre 2011, "Tito" était revenu très rapidement, le 7 décembre suivant, à l'entraînement.
Alors entraîneur adjoint du Barça, il avait été choisi en avril par le club pour succéder à Pep Guardiola, qui n'avait pas souhaité prolonger son contrat après quatre ans passés à la tête de la maison blaugrana.
A l'été 2007, après avoir entraîné plusieurs petits clubs espagnols, Vilanova était devenu une première fois adjoint de Guardiola, alors entraîneur de l'équipe B du Barça, avant que tous deux ne prennent les rênes en 2008 de l'équipe première.
Depuis longtemps très lié à Guardiola qu'il a connu en 1984 à La Masia, le centre de formation du Barça, "Tito" avait commencé sa carrière comme joueur dans l'équipe espoirs du FC Barcelone. Milieu de terrain, il n'était jamais passé "pro".

Continuité
Le club espagnol avait justifié son choix de le nommer entraîneur du Barça en expliquant que "la continuité du modèle de jeu reconnu partout dans le monde" est garantie, car Vilanova a été l'adjoint de Pep Guardiola "pendant ce qui ont été, sans aucun doute, les années les plus glorieuses" du Barça. Ensemble, ils ont mené le club à des sommets, remportant 14 titres.
Après cet enchaînement exceptionnel de victoires, mais une fin de saison 2012 plus décevante, le titre allant au Real Madrid et la Ligue des champions leur échappant, Tito Vilanova se retrouvait face au défi de ramener le club catalan au sommet. Pari réussi jusqu'à présent puisque le Barça est actuellement leader de la Liga, avec neuf points d'avance sur l'Atletico et 13 points de plus que le Real Madrid, et qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des champions.
De quoi espérer de nouveaux records cette année, comme celui d'invincibilité en Liga, détenu depuis 1979-1980 par la Real Sociedad (32 matches, dont 18 victoires et 14 nuls). Bien moins connu que Guardiola, Vilanova, homme humble, l'air timide, a su se faire apprécier des joueurs.
"A la fin, c'est lui qui donnait aux joueurs ce que je ressentais, mais que je ne pouvais plus donner", avait dit Guardiola de lui lors de l'annonce de sa nomination.

AFP
Vendredi 21 Décembre 2012

Lu 236 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs