Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup d’envoi ce soir du 13ème Festival international de luth : Une vingtaine de luthistes à Tétouan




Les mélomanes tétouanais en particulier les férus du mythique instrument Al Oud (le luth) vont vivre trois jours durant leur passion grâce au Festival international de luth que la Colombe blanche accueille du 5 au 7 mai courant.
Tout est fin prêt pour que cette 13ème édition se déroule dans les meilleures conditions possibles, a affirmé, lors d'une conférence de presse, lundi soir, le directeur du comité d'organisation, Mehdi Zouak par ailleurs délégué régional de la culture à Tétouan.
Des virtuoses du luth et autres musiciens de neuf pays, Maroc, Tunisie, Jordanie, Palestine, Espagne, Pays Bas, Turquie, Iran et Norvège prendent part à cette manifestation culturelle, devenue un rendez-vous incontournable de la musique dans cette partie nord du Royaume, d'où son importance pour le "rayonnement culturel et touristique" de cette ville, souligne M. Zouak qui cache mal sa fierté et celle de la population à abriter un tel événement.
Afin de mieux réussir cette édition et dans un "esprit innovateur", comme l'a souligné Ahmed Tarmache, chargé des activités culturelles à la Commune urbaine de Tétouan, partenaire essentiel de ce festival, le comité a concocté tout un programme aussi riche que varié avec des soirées qui verront défiler au mythique Théâtre Espagnol des musiciens tels que Lotfi Bouchnak (Tunisie), luthiste, chanteur et compositeur, programmé en guise de " cerise sur le gâteau" pour la clôture samedi.
Présentant ce programme, la directrice de la Maison de la culture, la très populaire Soprano marocaine Samira Kadiri a insisté sur le caractère innovateur de ce festival qui en est à sa 13e édition, ce qui prouve, selon elle, le sérieux et l'assiduité avec lequel il est préparé chaque année, lui permettant de s'imposer au fil du temps, aussi bien au Maroc qu'a l'étranger.
La soirée de clôture verra outre le tunisien Bouchnak, la prestation de l'iranien Maji Nazempour.
Comme à chaque édition, un hommage sera rendu à un musicien marocain ou étranger et cette fois-ci, il s'agit du très populaire Mohamed Rouicha, ce maitre de Laoutar, un instrument typiquement marocain qui fait partie de la famille de l'Oud.

MAP
Jeudi 5 Mai 2011

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs