Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup d’Etat au Mali : Aqmi tente de profiter du chaos dans la région




Coup d’Etat au Mali : Aqmi tente de profiter du chaos dans la région
L’avancée éclair de la rébellion touareg au Mali, en position de contrôler le nord du pays, pose la question du bénéfice que les islamistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pourraient tirer dans cette zone de l’Afrique qui échappe désormais au contrôle des Etats.
Si les spécialistes ont vu dans les rebelles touareg les grands gagnants du récent putsch militaire au Mali, ils restent partagés sur la nature des liens entre le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), principal groupe rebelle touareg, d‘autres petits mouvements locaux islamistes, et Aqmi. «Pour l’instant, c’est la montée en puissance des Touaregs. Aqmi n’est qu’un acteur secondaire», relève Dominique Thomas, de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), en rappelant la volonté des Touaregs de faire de l’Azawad (Nord-Mali) un Etat indépendant.
Le MNLA, qui nie toute alliance avec Aqmi n’a, selon plusieurs spécialistes, «pas de lien avec les islamistes». Selon plusieurs responsables, il voudrait même «bouter» Aqmi hors de la région.
Dans la réalité, la coupure entre Touaregs — qui nomadisent sur plusieurs pays sahariens — et membres d’Aqmi n’est pas aussi évidente: tous deux ont profité de l’effondrement du régime de Kadhafi en Libye et du départ d’ex-mercenaires pour recruter et acquérir davantage d’armes.
Groupe de jihadistes armés, qui a comme principal socle et dirigeants des Algériens complétés de Mauritaniens, Aqmi s’est développé au Sahel en ménageant les populations touareg. «Il y a des liens mais ils ne sont pas forcément centraux». «Pour s’implanter dans la région, bénéficier d’un sanctuaire, recruter, les jihadistes ont dû développer des liens, de protection, éventuellement tribaux, avec les différents milieux touareg, politisés ou non, armés ou non», estime Dominique Thomas. Au sein d’Aqmi, une katiba (unité combattante islamiste) est dirigée par un Touareg. Sa création est «le résultat d’une politique d’ancrage, d’enracinement», jugent certains experts.
Pour Pierre Boilley, directeur du Centre d’études des mondes africains (Cemaf) et spécialiste des Touregs, «les recrues touareg restent marginales: il s’agit essentiellement de jeunes chômeurs, dont la plupart ont très vite regagné le MNLA au lancement de la dernière rébellion le 17 janvier». Depuis cette date, «plusieurs escarmouches entre MNLA et Aqmi» ont été signalées, selon lui.
La relation d’Aqmi avec le mouvement Ansar Dine (Défenseur de la foi) est plus complexe: ce petit groupe touareg (environ 2 à 300 combattants contre 2 à 3.000 pour le MNLA, selon une estimation récente) prône l’instauration de la charia (loi coranique) dans tout le Mali et pourrait trouver son intérêt dans une alliance —même brève— avec Aqmi.
Son chef, Iyad Ag Ghaly, a pris lundi le contrôle de la ville de Tombouctou (nord-ouest) et en a chassé les rebelles du MNLA. «Ils (les membres d’Ansar Dine) sont là pour l’islam, pas pour l’indépendance ou pour faire mal», a déclaré un témoin à l’AFP.
Iyad Ag Ghaly, qui fut le principal chef de la rébellion touareg des années 90, «est devenu salafiste au contact de religieux pakistanais dans les années 80, bien avant l’installation d’Aqmi dans la région», souligne Pierre Boilley. «Il a sans doute été un personnage clé dans les négociations pour libérer les otages dans la région», donc en lien à la fois avec Aqmi et Bamako.
Pour le chercheur, les objectifs de ces groupes sont différents: «le MNLA veut l’indépendance du Nord, Ansar Dine veut imposer la loi islamique sur tout le territoire, Aqmi prône le jihad (guerre sainte)».

AFP
Mercredi 4 Avril 2012

Lu 645 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs