Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cosumar enregistre une production de sucre blanc record

Le taux de couverture des besoins nationaux en sucre s’élève à près de 50% contre 42% en 2014-2015




A l’issue de la campagne sucrière 2015-2016, la production de sucre blanc a enregistré un niveau record de 607.000 tonnes en hausse de 19% par rapport à la campagne précédente, a annoncé récemment l’opérateur sucrier national, Cosumar.
Le taux de couverture des besoins nationaux en sucre s’élève à près de 50% contre 42% en 2014/2015, souligne le groupe Cosumar dans un communiqué parvenu à la MAP, notant que la superficie emblavée en betterave à sucre s’élève à 57.600 ha.
En tant qu’agrégateur, Cosumar en collaboration avec l’ensemble de ses partenaires au sein des Comités techniques régionaux ont pris toutes les dispositions pour garantir le bon déroulement de la campagne écoulée: accompagnement technique et financier des agriculteurs, mise à disposition des intrants et gestion concertée et optimisée de l’irrigation par les Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA), précise la même source.
Cela s’est traduit par la poursuite du plan d’actions ambitieux visant l’amélioration globale des performances de l’activité sucrière. Ce plan s’articule principalement autour de l’accompagnement technique et financier des producteurs des plantes sucrières, le semis précoce avec 80% de la superficie semée à fin octobre 2015, la généralisation des semences monogermes à fort potentiel ainsi que le semis mécanique de précision, explique-t-on.
Tous ces efforts, conjugués aux aides incitatives accordées par l’Etat dans le cadre du Plan Maroc Vert, à l’Amont agricole sucrier en particulier pour le développement de la semence monogerme et de la mécanisation ont permis la production de 4,2 millions de tonnes de betterave à sucre. Une hausse de 17% en comparaison avec la campagne précédente qui s’est accompagnée d’une évolution significative des rendements qui ont atteint 73t/ha à une richesse de 18,1%, a ajouté la même source.
L’unique opérateur du secteur sucrier au Maroc indique aussi que le rendement sucre à l’hectare a enregistré une moyenne de 12 t/ha avec 14 t/ha à Doukkala et 13t/ha au Tadla, soit un niveau de productivité comparable à celui des grands pays producteurs de betterave à sucre. Ces résultats ont eu un grand impact socio-économique sur les régions et ont permis d’augmenter le revenu de l’agriculteur de 16% par rapport à la campagne passée. Ils représentent le fruit du programme de recherche et développement engagé par Cosumar et ses partenaires dans le domaine de la sélection de la semence monogerme, la fertilisation, le traitement des maladies,….
Le déploiement de ce programme est mené en collaboration avec les organisations de recherche nationales et internationales, relève en outre le groupe Cosumar, qui a annoncé récemment une prise de participation dans une raffinerie en Arabie Saoudite.
Compte tenu de l’importance de la récolte mécanique, de grands efforts ont été également déployés pour l’accélération de son développement. Ainsi, la superficie récoltée mécaniquement est passée de 4.600 ha en 2013 à 18.000 ha la présente campagne, ce qui représente 31% de la superficie globale, poursuit la même source.
La culture de la canne à sucre a fait l’objet d’un programme de relance lancé en 2015 en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, et ce en vue de redynamiser la culture de la canne à sucre et d’améliorer son attractivité dans les périmètres du Gharb et Loukkos. Ce plan prévoit la plantation de 4.000 ha par an avec un objectif de rétablir la superficie sous canne à 20.000 ha à l’horizon 2019.
Selon Cosumar, ces résultats ont été possibles grâce aux efforts de développement de la production locale moyennant d’importants investissements dépassant 6 milliards de dirhams (MMDH) réalisés par la société pour la modernisation et la mise à niveau de l’outil industriel. Ainsi, la totalité de la production a pu être traitée dans de bonnes conditions et avec des performances en ligne avec les standards internationaux.
Et d’ajouter que la consolidation de ces résultats positifs conformément aux objectifs de la feuille de route 2020, nécessite la poursuite des efforts de développement déployés par tous les intervenants en vue d’atteindre à l’horizon 2020 un taux de couverture de 56%.

Jeudi 6 Octobre 2016

Lu 528 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs