Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coopération afro-africaine L’exemple par le Maroc




Coopération afro-africaine L’exemple par le Maroc


Le Maroc retrouve l’Union africaine (UA) qui a pris le relais de la défunte Organisation de l’Union africaine (OUA) que Rabat a choisi de quitter, il y a de cela 32 ans. Quoi de plus normal ?
Si, en 1984, le Royaume avait estimé opportun de claquer la porte d’une organisation censée de par le nom qu’elle portait développer l’union africaine, il n’a jamais tourné le dos au continent. On ne peut aller à contre-courant de considérations tenant d’une logique géographique mais aussi historique et culturelle.
Un état de fait qui a pris son élan avec l’avènement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. On en a pour preuve, si besoin en est, ces échanges maroco-africains et notamment ces visites Royales dans plusieurs pays du continent marquées, entre autres, par un accueil des plus chaleureux réservé à Sa Majesté, aussi bien au plan officiel que populaire. Lesquelles visites ont par ailleurs illustré de la meilleure manière qui soit cette coopération Sud/Sud galvaudée par plus d’un tribun de circonstance ou d‘autres dirigeants mal lunés, mais Royalement concrétisée sur le terrain par la volonté Royale, par la volonté de tout un Royaume.
Du concret. C’est ce qu’a tenu à préciser le Souverain dans son message adressé au 27ème Sommet de l’UA. C’est ce dont ont besoin l’Afrique et les Africains. Le temps des discours creux ou des « aides » intéressées faites de miettes est dépassé. « Le temps des idéologies est révolu. Nos peuples ont besoin de concret et d’actions tangibles. On ne peut changer la géographie. On ne peut se soustraire au poids de l’histoire », dira Sa Majesté. La légèreté, l’inconstance, la folie qui se sont emparées de l’OUA en 1985, sont à mettre au passif d’une génération de chefs d’Etat (ceux surtout qui ont accepté de plier l’échine devant une aussi grosse aberration) qui ne sont plus de ce monde politique, voire de ce monde tout court.
La donne a changé. Les mentalités se doivent de l’être. La conjoncture économique actuelle fait que les bailleurs de fonds de l’époque, ceux qui pour des raisons obscures se sont fait un vil devoir de financer les séparatismes au détriment de leurs propres citoyens et des citoyens de l’Afrique, se trouvent aujourd’hui face au mur. Il est grand temps qu’ils reviennent à ce qui leur resterait comme raison. Le retour au sein de la famille institutionnelle africaine est d’autant plus normal qu’il avait été précédé par ce que les observateurs ont qualifié à juste titre d’offensive diplomatique Royale et qui fait qu’aujourd’hui, le Maroc se trouve être le deuxième investisseur africain en Afrique. Et le meilleur est sans doute à venir.
Le Maroc est à l’heure pour cet autre rendez-vous avec l’histoire. L’UA, aussi, (surtout) se doit de l’être, devrait-on préciser.
Il est grand temps d’écarter les séparatismes en Afrique et de privilégier le développement humain et durable, rappelle le message Royal.
Il en est grand temps en effet pour un continent qui a trop souffert, et qui continue de l’être, de tensions, de conflits, de guerres civiles … et qui ne cesse de devoir faire avec des freins au développement qui ne peuvent être éludés ou surmontés sans une coopération afro-africaine que le Maroc ne cesse de promouvoir et de développer.

Par Mohamed Benarbia
Jeudi 21 Juillet 2016

Lu 2880 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs