Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Convergence de vues entre la France et le Maroc sur les questions liées à l’emploi : L’Institut national des conditions de vie au travail bientôt sur les rails




Le Maroc et la France ont signé, mercredi à Paris, leur programme annuel de coopération technique dans les domaines de l'emploi, du travail et de la formation professionnelle au titre de l'année en cours. Doté d'un budget de 500.000 euros, le programme de cette année, dont la cérémonie de signature a été présidée par le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani, est articulé autour de trois axes prioritaires. Il s'agit de l'appui à la préparation du projet de loi-cadre relatif à la santé et à la sécurité au travail dans les entreprises, de l'accompagnement de l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC) dans sa politique de gestion de ses ressources humaines et d'amélioration de ses prestations aux offreurs et demandeurs d'emploi, et du soutien au développement de la formation professionnelle dans le cadre du Plan d'urgence arrêté pour ce secteur. L'accord a été signé, côté marocain, par El Hassan Benmoussa, secrétaire général du département de la Formation professionnelle, Mimoun Bentaleb, inspecteur général du département de l'Emploi, et côté français par Michel Thierry, président du Groupement d'intérêt public "GIP International". Dans une déclaration à la MAP à l'issue de la cérémonie de signature, qui s'est déroulée en présence de Redouane Adghoughi, ministre conseiller à l'ambassade du Maroc à Paris, et de représentants d'institutions françaises partenaires, le président du GIP International a souligné "l'importance de la coopération entre le Maroc et la France qui comporte plusieurs actions et mobilise de nombreux experts et diverses institutions intervenant dans les domaines du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle". Il a indiqué que le programme de coopération 2010 s'inscrit dans un cadre stratégique destiné à accompagner "les grandes mutations que connaît le Maroc sous l'impulsion de SM le Roi Mohammed VI". Pour sa part, M. Rhmani a mis l'accent sur l'importance des différents volets de l'accord, en particulier celui relatif à la santé et la sécurité au travail, un domaine prioritaire dans le plan d'action du gouvernement marocain qui se penche actuellement sur l'élaboration d'une loi cadre en la matière. Il a également rappelé la mise en place de l'Institut national des conditions de vie au travail (INCVT), en phase de lancement, faisant part de la volonté du Maroc de s'inspirer notamment de l'expérience française en matière de prévention des risques professionnels. M. Rhmani s'était rendu mardi à Nancy (nord-est de la France), à la tête d'une délégation de l'INCVT, pour examiner les perspectives de coopération avec l'Institut national français de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), l'un des plus avancés de l'Europe. Lors de sa visite à Paris, le ministre devra également rencontrer la déléguée aux Affaires européennes et internationales pour faire le point sur la mise en œuvre, l'exécution et le suivi des recommandations de la rencontre Euromed sur l'emploi et le travail décent, tenue en 2008 à Marrakech.


Priorité à la santé des travailleurs

Pour M. Rhmani, la création de l'INCVT, dont le statut devrait être publié fin avril 2010, est une des recommandations de la commission interministérielle mise en place sur Hautes Instructions Royales, après l'incendie de l'usine de Rosamor à Lissasfa, dans la banlieue de Casablanca, survenu en avril 2008, et qui avait fait 55 morts et plusieurs blessés. La mise en place de l'INCVT s'inscrit dans le cadre d'un plan d'action du gouvernement plaçant parmi ses principales priorités les questions de santé et de sécurité des travailleurs._ Ce plan d'action, a précisé le ministre, prévoit également l'élaboration de la loi-cadre sur la santé et la sécurité de travail, en cours de finalisation, la mise à niveau des procédures d'autorisations et de contrôle ainsi que celle des entreprises en matière d'évaluation des risques professionnels.

MAP
Vendredi 19 Mars 2010

Lu 495 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs