Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Contrôle policier des axes menant vers le centre de détention de Témara : La marche avortée du Mouvement 20 février




Contrôle policier des axes menant vers le centre de détention de Témara :  La marche avortée du Mouvement 20 février
Mobilisés pour une marche vers le centre de détention secret de la DST à Témara, les membres du Mouvement 20 février ne s’attendaient guère à ce qui est advenu. Intervention musclée des forces de l’ordre, quelque 50 blessés, une voiture, une caméra et des portables saisis. Et ce n’est pas tout, les jeunes Usfpéistes du Mouvement dénoncent l’arrestation de trois participants dont le sort est toujours inconnu.
En solidarité avec les participants à cette marche et afin de dénoncer ce qu’ils qualifient de répression policière qui s’est abattue sur les militants du parti et les citoyens, quelque 200 manifestants ont entamé une marche vers le siège du Parlement où ils comptaient observer un sit-in ouvert. Cette marche a été décidée à la dernière minute au siège de l’AMDH à Rabat mais rien n’indiquait qu’elle pourrait ne pas avoir lieu.
D’après des manifestants, un grand dispositif policier a été mobilisé pour réprimer les participants à la marche programmée vers le centre de détention secret de la DST à Témara. Des équipes spéciales cagoulées sont également intervenues contre les participants dans différents quartiers de la capitale.
Un contrôle routier très minutieux a empêché les participants de rallier les deux points de rencontre fixés préalablement par les membres du Mouvement, à savoir le supermarché Aswak Essalam à Hay Riad et devant le siège de l’USFP sis dans le même quartier et devant lequel les forces de l’ordre, y compris celles qui portaient des cagoules, avaient encerclé les manifestants pendant plusieurs heures avant de passer à l’acte. D’après un jeune militant, l’opération policière a été déclenchée quand les jeunes avaient commencé à scander des slogans contre la répression policière et la torture. Une opération qui a entraîné une cinquantaine de blessés, l’arrestation de trois participants et l’enlèvement d’autres par les brigades cagoulées au niveau d’Aswak Essalam et sur les axes menant au point de rencontre et au centre de détention secret.
D’anciens détenus salafistes ont également répondu à l’appel du Mouvement. Venus en masse participer à la marche vers le centre où ils ont longtemps séjourné, les salafistes ont subi le même sort que les jeunes du mouvement. Parmi eux, on comptait des dizaines de blessés et de nombreuses arrestations.
Au moment où nous mettions sous presse, un affrontement aurait eu lieu entre des dizaines de manifestants, en majorité des salafistes, et des éléments des forces de l’ordre devant le centre de détention de Témara. Des équipes cagoulées auraient participé à l’arrestation de plusieurs manifestants qu’ils auraient, d’après nos sources, embarqués dans des voitures banalisées.  

Rida ADDAM
Lundi 16 Mai 2011

Lu 849 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs