Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Contre la propagation de la pensée obscurantiste et rétrograde qui constitue un danger pour la stabilité du pays

Communiqué de la Commission administrative de l’USFP




Contre la propagation de la pensée  obscurantiste et rétrograde qui constitue un danger pour la stabilité  du pays
 
La Commission administrative de l’USFP a tenu le 25 janvier 2014 sa 5ème session « Session Abderrahim Bouaabid ». Ce choix est dicté par le rôle de ce symbole et  grand dirigeant ittihadi dans la lutte nationale pour l’indépendance du Maroc et sa lutte permanente pour l’édification d’un Etat démocratique et de droit.
Après s’être arrêté sur la signification historique de l’anniversaire de la constitution du Mouvement ittihadi le 25 janvier 1959 mené par le martyr Mehdi Ben Barka, et après avoir approuvé l’ordre du jour proposé par le Président de la Commission administrative, Habib El Malki, qui dans une brève allocution, a mis en valeur le grand apport d’Abderrahim Bouaabid dans l’histoire du Mouvement national et démocratique.
Et après avoir pris acte et débattu profondément des diverses questions contenues dans le rapport du Bureau politique présenté par le Premier secrétaire, Driss Lachguar, par la Commission administrative : 
- Elle se félicite du rapport du Bureau politique marqué par une approche globale et une analyse objective de différentes questions organisationnelles, politiques, sociales et culturelles. Lesquelles questions constituent le point des préoccupations de notre parti depuis le 9ème Congrès national, et qui les traite avec dynamisme. Ceci se vérifie par le rendement au niveau organisationnel et la présence remarquée du parti sur l’échiquier politique national.
- Elle  relève le bilan positif de notre parti et sa gestion après un an de la tenue de son 9ème congrès national aussi bien au niveau de la récupération de l’initiative politique qu’au niveau de la restructuration organisationnelle, et ce pour améliorer les capacités de mobilisation du parti et pour l’enraciner davantage dans la société dans la perspective de réussir toutes les prochaines batailles à tous les niveaux.
- Elle salue le succès du 7ème Congrès national des femmes ittihadies qui constitue un saut qualitatif dans le parcours de la lutte du Mouvement ittihadi que ce soit au niveau de sa littérature, ou de ses résolutions et ses résultats. La naissance de l’Organisation socialiste des femmes ittihadies constitue une étape importante aboutissant à une direction féminine d’une grande compétence, pour la restructuration, l’innovation et la  concrétisation du slogan «L’Etat civil, un pilier pour une citoyenneté pleine et entière » dans la société avec ce que cela exige comme sensibilisation au niveau politique et celui relatif aux droits de l’Homme, tout en assurant aux femmes la parité et l’égalité des chances sur les plans économique, social et politique.
+Elle appelle toutes les militantes et tous les militants, les sympathisantes et les sympathisants, et les militants du mouvement ittihadi à adhérer à ce processus dynamique et à fédérer toutes leurs forces pour soutenir les organisations partisanes, et les doter des moyens de l’action militante efficace en vue de répondre aux exigences de l’étape cruciale que traversent notre parti et notre pays.
- Elle salue l’alliance entre notre parti et le Parti de l’Istiqlal qui a connue une étape importante avec la commémoration commune du 70ème anniversaire du Manifeste d’Indépendance du Maroc. Cette commémoration a été couronnée d’un grand succès redonnant aux organisations du mouvement national et progressistes son esprit de militantisme qui a marqué essentiellement l’Histoire du Maroc moderne. Elle a ouvert pleinement la voie sur les possibilités de développement de cette alliance, et en faire une locomotive pour la consolidation de la démocratie, la préservation des acquis et la poursuite de l’édification de l’Etat marocain moderne.
- Elle appelle tous les démocrates et les modernistes et toutes les forces vives de la société qui croient au progrès, à l’évolution, aux droits, aux libertés, à l’égalité et à la justice sociale, en vue de s’unir pour faire face au danger de la régression et  l’anéantissement des acquis constitutionnels, politiques et culturels réalisés grâce aux sacrifices consentis par  des générations de militantes et militants nationalistes et démocrates.
- Elle dénonce les pratiques  autoritaires du chef du gouvernement et de son parti, son attitude à user de la violence verbale et de dévaloriser la  politique à dessein d’induire en erreur l’opinion publique et de détourner l’intérêt que portent les Marocains à la nécessité de l’opérationnalisation de la Constitution et   son interprétation démocratique. Ce qui augure de réels dangers que reflètent le recul du taux de croissance, la hausse des prix, l’augmentation du chômage, l’affectation du pouvoir d’achat et le surendettement.
- Elle condamne la campagne takfiriste menée par des prêcheurs qui s’érigent en tuteurs de la religion contre le Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, ses symboles, ses martyrs et les penseurs et intellectuels de notre pays. Elle condamne également la campagne systématique ciblant les militantes et militants ittihadis dans le dessein de porter atteinte à la crédibilité du parti, ses revendications légitimes dont l’égalité et la mise en œuvre des conventions internationales stipulées dans la Constitution. 
- Elle rejette tout comportement ou attitude consistant à s’abriter derrière la religion  ou l’exploiter comme elle rejette toutes les fatwas incitant à la violence et au meurtre qui ne sont pas conformes  aux  valeurs  religieuses du peuple marocain et  vont donc à l’encontre de la civilisation humaine. Elle appelle également la société, ses élites, ses oulémas éclairés à contrer cette dangereuse déviation par rapport aux missions de la religion et de la culture marocaine fondée sur  la tolérance et l’Ijtihad  à propos des questions concernant la femme et son statut, à même de répondre aux attentes de l’époque, de ses changements et des mutations de la société et de contribuer à l’édification de l’Etat civil et moderne mettant en œuvre la Constitution votée par le peuple marocain.
- Elle Met en garde contre la propagation de la pensée obscurantiste et rétrograde par des mouvements politico-prosélytistes  qui se qualifient de tuteurs de la religion  imprégnée des principes du rite malékite et la succession des discours takfiristes qui trouvent écho auprès de certaines couches de la société,  particulièrement dans les rangs des jeunes,  et  qui constituent un danger menaçant la stabilité de notre pays et incitant à la violence et au terrorisme. 
- Elle considère que le renforcement du front social, centrales syndicales, instances politiques et des droits de l’Homme et autres organisations de la société civile, est devenu une nécessité pour faire face à la crise qui menace notre pays et à la régression de nos acquis. Ce qui ne s’était jamais produit même sous l’ère des gouvernements marqués par la volonté de la falsification au siècle précédent. Dans ce cadre, elle dénonce les répressions violentes de tous les mouvements pacifiques de protestation, ainsi que la violation des libertés syndicales et des droits de l’Homme. De même qu’elle exprime son entière solidarité avec toutes les couches de la société qui militent pour la défense de leurs acquis et droits.
- Elle confirme la nécessité de la poursuite par le parti du processus de mise en œuvre des résolutions et des recommandations du 9ème Congrès national en vue de former une opposition nationale efficiente, en plus du renforcement de son rôle et de contrer toute tentative visant à la réduire. Aussi, elle salue la coordination entre les Groupes de l’opposition dans les  deux Chambres.
- Elle insiste sur le fait de contrecarrer toutes les formes de despotisme et de prévarication d’où qu’elles viennent, de faire face aux orientations obscurantistes et rétrogrades qui visent par tous les moyens à imposer une hégémonie sur les rouages de l’Etat et la société en recourant au  chantage politique au nom de la préservation de la stabilité et de la réalisation des réformes, ce qui peut déboucher sur la paupérisation sociale, la précarité économique et les régressions qui ont affecté l’ensemble des dossiers portant sur  les véritables réformes de   l’enseignement, la santé, l’emploi, les médias et la justice. 

Mardi 28 Janvier 2014

Lu 841 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs