Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Contre la faim, le libre-échange des aliments




Contre la faim, le libre-échange des aliments
Quand la nourriture ne traverse pas les frontières, la faim le fait. Les politiques et les experts se sont réunis à Rome au siège de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (UNFAO) afin d’examiner « Comment nourrir le monde en 2050 ». Mais la famine tisse sa toile en ce moment au Kenya, en Éthiopie et leurs voisins, à mesure que de nombreux gouvernements continuent de rejeter la recette du succès proposée par l’UNFAO : le libre-échange des aliments.
L'UNFAO a récemment calculé qu'il n'y avait pas de raisons physiques empêchant la production alimentaire mondiale de suivre le même rythme de croissance que celui de la population. Ainsi, avec suffisamment de terres et d'eau pour nourrir les 2,3 milliards bouches supplémentaires attendus d'ici 2050, et des techniques agricoles toujours plus efficaces, pourquoi le nombre de personnes mal-nourris a-t-il récemment augmenté à plus d'un milliard ? Parce qu’acheminer la nourriture au-delà des barrières gouvernementales à ceux qui en ont le plus besoin continu à être un combat dans de nombreux pays en développement.
La pénurie alimentaire actuelle dans plusieurs pays d'Afrique de l'Est n'est pas causée par la sécheresse, le changement climatique ou la pression démographique. C’est plutôt que ces pays sont incapables de composer avec un climat relativement sec parce que leurs gouvernements n'ont cessé de décourager l’investissement dans l'agriculture et ont maintenu artificiellement élevés les prix des aliments. Ils le font en refusant d’échanger librement les aliments avec leurs voisins et avec le reste du monde. Se concentrer sur la production alimentaire n'a pas de sens si la nourriture ne peut être transportée et vendue librement. La famine de 2006 dans la corne de l’Afrique est un exemple révélateur. Tandis que les cultures sont abondantes dans le Sud-Ouest du Kenya, les gens dans le Nord du pays étaient affamés. Voilà un schéma qui se répète souvent. Les famines, comme celle au Bangladesh dans les années 1970, sont causées par de mauvaises politiques.
Avec un faible état de droit et une forte intervention dans l'économie, de nombreux pays africains ne présentent guère des environnements favorables à l’investissement ou aux affaires. Mais les agriculteurs sont particulièrement touchés : dans l'ensemble, les agriculteurs africains paient 60% de plus en taxes à l'exportation que les autres entreprises africaines. De manière perverse, de nombreux pays en développement luttent contre tout commerce mondial avec des barrières quatre fois plus élevées que dans les pays à revenu élevé.
Les restrictions à l'exportation et les interdictions commencent par maintenir les prix des aliments intérieurs artificiellement bas, mais cela n'est vrai que pour un court moment. Les agriculteurs perdent rapidement les incitations à produire davantage, de sorte que les prix des cultures augmentent, tant au pays qu'à l'étranger. C'est exactement ce qui s'est passé en Ukraine et en Argentine, deux pays avec des terres fertiles et un climat favorable à l'agriculture.
Si les agriculteurs ukrainiens ont été autorisés à vendre à des clients internationaux, ils auraient pu facilement doubler la production céréalière et l'exportation de 50 à 80 millions de tonnes de plus par an - assez pour nourrir 50 millions de personnes en Chine. L’Argentine pourrait facilement produire 30 millions de tonnes de plus de céréales pour l'exportation chaque année – si elle n'était pas contrainte par de fortes taxes à l'exportation.
Les barrières au commerce réduisent la taille de la récolte mondiale et font monter les prix. Les impacts sur les consommateurs pauvres sont dévastateurs. Le lauréat du prix Nobel d'économie Gary Becker estime qu'une augmentation de 30% du prix des aliments sur cinq ans, entraînerait une baisse de 20% du niveau de vie dans les pays pauvres.
Les obstacles au commerce conduisent également au gaspillage. Près de la moitié de la nourriture est immangeable au moment où elle parvient au consommateur final dans les pays en développement, après avoir tout simplement pourri lors des contrôles douaniers longs et bureaucratiques.
De nombreux gouvernements ont admis à plusieurs reprises la nécessité d’abaisser les droits de douane sur les denrées alimentaires et sur la technologie agricole. En 2008, les gouvernements du monde entier ont convenu que la réduction des droits de douane sur la nourriture était la meilleure façon de réduire les prix et faire reculer la faim. Pourtant, 40 pays ont appliqué de nouvelles restrictions sur le commerce alimentaire l’année dernière, selon l’UNFAO. Quinze d'entre eux sont en Afrique sub-saharienne, la région la plus touchée par la faim.
Pendant que l’UNFAO se réunit et parle d'un "optimisme prudent" au sujet de l'alimentation mondiale dans l'avenir, les prix alimentaires sont hors de contrôle pour les gens les plus pauvres. Les prix des aliments ont peut-être diminué de façon importante après leur pic atteint en 2007 et 2008, mais ils demeurent élevés dans de nombreux pays d'Afrique subsaharienne. Avec des marchés étouffés et des contrôles politiques les agriculteurs de la région ont eu du mal à rebondir et à se refaire une santé. Il y a tout juste quelques mois, les prix du maïs au Kenya et en Ethiopie étaient toujours deux fois plus élevés qu'ils ne l'étaient avant la crise.
Pour calmer la faim aujourd'hui, et empêcher le monde de 2050 de condamner les victimes de plus en plus à une famine infligée par les droits de douane, les gouvernements ont besoin de revoir leurs promesses. Le principal défi du prochain sommet de l'UNFAO en Novembre est « d'éradiquer la faim sur Terre ». Éliminer les obstacles à la vente d'aliments est essentiel si l’on veut que les famines récurrentes au Kenya et en Éthiopie deviennent une plaie du passé.
Par Caroline Boin
et Douglas Southgate
Mme Boin est directrice de projet à l'International Policy Network et M. Southgate est professeur d'économie agricole, d'environnement et d'économie du développement à l’Université de l’Ohio.

L
Samedi 24 Octobre 2009

Lu 526 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs