Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Contrat record pour Airbus


Quand l’avionneur européen s’acoquine avec une entreprise au-dessus de tout soupçon



Contrat record pour Airbus
L’avionneur européen Airbus a décroché lundi le plus gros contrat de l’histoire de l’aviation civile, avec la commande de 234 appareils A320 pour un montant de 18,4 milliards d’euros par la compagnie indonésienne à bas coûts Lion Air.
Le contrat a été signé dans la salle des fêtes de l’Elysée, siège de la présidence française, par le PDG de Lion Air Rusdi Kirana et celui d’Airbus Fabrice Brégier, en présence du président François Hollande qui a salué «un contrat historique».
La commande, d’un montant global de 24 milliards de dollars (devise dans laquelle s’opèrent les transactions aéronautiques), se décompose en 109 avions A320 Neo, future version plus écologique de l’appareil, 65 avions A321 Neo et 60 avions A320, le modèle actuel. Selon la présidence française, les avions Neo doivent être livrés à partir de 2016 et les modèles classiques à partir de 2014.
L’accord annoncé lundi intervient trois jours après une autre méga-commande remportée vendredi par Airbus auprès de Turkish Airlines, d’une valeur estimée à 9,3 milliards de dollars pour 82 appareils et qui pourrait grimper à 15,5 milliards avec les options prises sur 35 avions supplémentaires.
Ce dernier contrat est venu confirmer l’excellente santé du constructeur d’avions, porté par des succès commerciaux en série, à l’opposé d’autres secteurs comme l’automobile qui s’enfoncent dans la crise.
Lion Air, créée en 1999, est une modeste compagnie aux comptes opaques, qui n’avait qu’un seul avion il y a 13 ans, mais est devenu le premier transporteur aérien privé d’Indonésie. Elle dessert surtout son pays d’origine mais assure aussi des liaisons vers Singapour, la Malaisie, le Vietnam ou encore l’Arabie Saoudite. Et elle compte s’attaquer au géant régional du secteur, Air Asia, sur ses propres terres, en lançant une filiale à bas coûts en Malaisie.
Le contrat avec Airbus représente sa deuxième commande faramineuse en 16 mois, dans un pari risqué de plus de 35 milliards d’euros sur le boom du transport aérien dans l’immense archipel de 240 millions d’habitants.
Il y a moins d’un an et demi, en novembre 2011, Lion Air avait déjà annoncé l’achat de 230 moyen-courriers Boeing 737 pour 22,4 milliards de dollars (17,3 milliards d’euros).
Mais la compagnie reste bannie de l’espace aérien européen et américain, faute de normes de sécurité satisfaisantes. Non cotée, Lion Air ne publie pas de comptes. Son chiffre d’affaires et ses bénéfices sont un secret jalousement gardé par les frères Kusnan et Rusdi Kirana, des hommes d’affaires discrets qui fuient la presse.

Libé
Mardi 19 Mars 2013

Lu 144 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs