Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Consultations urgentes au Conseil de sécurité sur le Soudan Sud

Ban Ki-moon recommande l'envoi de renforts




Consultations urgentes au Conseil de sécurité sur le Soudan Sud
Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a recommandé lundi d'envoyer 5.500 soldats et 423 policiers supplémentaires au Soudan du Sud pour renforcer la Mission de l'ONU sur place, au moment où des témoignages font état d'exactions à caractère ethnique.
Le Conseil de sécurité a entamé dans la soirée des consultations d'urgence pour examiner la demande de M. Ban de renforcer les capacités militaires, policières et logistiques de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss), alors que le pays glisse toujours plus vers la guerre civile en dépit d'intenses efforts diplomatiques internationaux, deux ans et demi seulement après son indépendance du Soudan. Ces renforts s'ajouteront aux quelque 7.000 Casques bleus et 700 policiers de la Minuss.
Les Etats-Unis ont proposé une résolution en ce sens, qui sera soumise au vote des 15 membres du Conseil mardi à 15H00 (20H00 GMT), a indiqué l'ambassadeur français Gérard Araud qui préside le Conseil. "La réaction de tous les membres du Conseil a été positive", a-t-il estimé. "Il y a un consensus très large et la volonté d'agir rapidement", a renchéri l'ambassadrice américaine Samantha Power. Mais elle n'a pas caché que l'envoi des renforts "va prendre au moins quelques jours".
M. Ban avait auparavant prévenu que "les Nations unies enquêteront sur les accusations de graves violations des droits de l'Homme et de crimes contre l'humanité" au Soudan du Sud. "Ceux qui sont responsables à un haut niveau devront en répondre personnellement et faire face aux conséquences, même s'ils prétendent n'avoir pas été au courant des attaques", a-t-il averti.
Le Soudan du Sud est en proie à d'intenses combats depuis que le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président, limogé en juillet, de tentative de coup d'Etat il y a une semaine. Riek Machar dément, accusant Salva Kiir de vouloir éliminer ses rivaux.
Sur le terrain, la situation continue de dégénérer et des centaines de milliers de personnes risquent d'avoir très vite besoin d'aide, a mis en garde l'ONU, qui prédit "une augmentation massive des besoins" humanitaires à court terme. 
Depuis une semaine, des morts par centaines ont été recensés et les civils affluent par dizaines de milliers dans différents complexes de l'ONU - 20.000 à Juba seule - pour tenter d'échapper aux combats et à la mort. 
Les Etats-Unis, mais aussi le Royaume-Uni, le Kenya et l'Ouganda rapatrient leurs citoyens. Washington a indiqué que son armée préparait de nouvelles évacuations, après avoir déjà exfiltré 380 Américains ces derniers jours. 

AFP
Mercredi 25 Décembre 2013

Lu 362 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs