Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Consolidation des liens entre les zawiyas nationales : Les Soufis quittent les provinces du Sud




Consolidation des liens entre les zawiyas nationales : Les Soufis quittent les provinces du Sud
Les facteurs spirituels et doctrinaux ont, de tout temps, uni les habitants du Nord et du Sud du Royaume. Les différentes zaouïas du pays ont donné naissance à plusieurs érudits qui ont sillonné les différentes régions du pays et au-delà de ses frontières pour y répandre leur savoir et prêcher les pratiques de la religion.
C‘est pour perpétuer ces louables pratiques  qu’ont été organisées les  rencontres de Laâyoune, Boujdour, Smara et Dakhla qui entrent dans le cadre de la tournée d'une délégation de chorfas  alamiyine dans les provinces du Sud.
Ces rencontres, animées par des universitaires se sont poursuivies à Dakhla. Elles ont  permis de s'arrêter sur le concept de l'allégeance d’un  point de vue religieux, le situant dans ses contextes historique et national se référant aux actes d'allégeance accomplis par les notables des régions du Sahara aux Souverains du Maroc.
Certains intervenants ont souligné le rôle important du patrimoine culturel et spirituel dans le renforcement de l'unité des peuples et la préservation de leur identité et leurs valeurs, rappelant qu’en 1939, déjà, un érudit sahraoui, le cheikh M’Rabih Rabou, à la tête d’une importante délégation de pèlerins sahraouis, a fait une escale à Tétouan.
Lors de cette escale qui a duré quelques jours, l’érudit sahraoui  et ses compagnons ont eu des rencontres avec un groupe appartenant à l’élite de l’époque. Parmi ceux-ci, on a cité Abdelkhalek  Torrès, président d’un parti politique, El Haj Mohamed Bennouna, le Cheikh Mekki Nassiri, le poète et savant Abdelwahab Ben Mansour qui était devenu plus tard, historiographe du Royaume et d’autres. Avant son  départ, le chef de la délégation sahraouie avait remis un important lot de livres au directeur des Awkafs de la région qui était, à l’époque Abdelkhalak  Torrès, comme l’atteste la lettre manuscrite, dont Libé a reçu copie et qui était signée de la main de ce même Torrès.
70 ans plus tard et à l’occasion d’une visite des représentants des zawiyas du Nord, la fondation qui porte le nom de ce même M’Rabih Rabou offre à ces érudits un lot de livres.
C’est à croire que tout est fait pour que l’histoire se répète 70 ans plus tard. C’est aussi une autre manière de consolider des liens culturels et sociaux séculaires que les zawiyas du Nord et du Sud du Royaume n’ont cessé d’entretenir, malgré l’occupation et les frontières factices qui tentaient de diviser le Royaume, sans jamais y parvenir.

Ahmadou El-Katab
Vendredi 13 Mars 2009

Lu 673 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs