Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Considéré comme une agression flagrante et délibérée : Le raid de l’OTAN décrié par Islamabad




Considéré comme une agression flagrante et délibérée : Le raid de l’OTAN décrié par Islamabad
L’armée pakistanaise a encore durci le ton mercredi au sujet de la bavure de l’Otan qui a coûté la vie samedi à 24 de ses hommes.
Lors d’une rencontre avec plusieurs titres de la presse locale, le général Ishfaq Nadeem, directeur général des opérations militaires, a qualifié le raid d’acte d’agression flagrant et délibéré. Il a ajouté que les forces de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf), sous commandement de l’Alliance, étaient informées de la localisation de ces avant-postes pakistanais, mais que ses hélicoptères avaient néanmoins continué à tirer.
L’Isaf avait des informations détaillées sur les avant-postes, y compris des cartes. Il était impossible qu’elle ignore qu’il s’agissait de nos postes», a déclaré l’officier, cité par le journal The News. «Ils ont continué malgré tout, en toute impunité.» Selon le général, les hélicoptères sont apparus dans le secteur des avant-postes pakistanais 15 à 20 minutes après minuit et ont ouvert le feu, avant de s’éloigner trois quarts d’heure plus tard. Ils ont refait leur apparition vers 01h15 locales et ont attaqué de nouveau, pendant une heure, a-t-il affirmé. Quelques minutes avant la première attaque, a-t-il détaillé, un sergent américain de service dans un centre de communications en Afghanistan a averti un officier pakistanais que les forces spéciales de l’Otan essuyaient des tirs venant d’un point situé à 15 km des avant-postes militaires pakistanais.
Les Pakistanais ont alors demandé du temps pour vérifier par eux-mêmes et ont demandé les coordonnées. Sept minutes plus tard, le sergent a rappelé et a dit: «Votre poste Volcano a été atteint», a indiqué Nadeem. Le général en a conclu que cette conversation confirmait que l’Otan connaissait la localisation des avant-postes pakistanais avant d’attaquer, ajoute The News. A Lahore, un millier d’étudiants proches d’un parti ultra-religieux ont manifesté aux cris de «Mort à l’Otan!» et «Mort à l’Amérique!» «Si l’Otan et l’Amérique refont la même chose, nous transformerons le Pakistan en leur propre tombe», a déclaré un étudiant de 23 ans, Zahoor Ahmad. «Cette attaque est un camouflet infligé aux Pakistanais qui soutiennent l’Amérique. Il est temps que les forces laïques et religieuses s’unissent pour combattre l’Amérique», a estimé pour sa part un étudiant en histoire, Mudassir Durrani. L’attaque lancée samedi dans le nord-ouest du Pakistan est considérée dans le pays comme la dernière en date d’une série de «provocations» des Etats-Unis, qui avaient exaspéré l’armée pakistanaise en organisant le raid secret dans lequel Oussama ben Laden a trouvé la mort en mai dans la ville d’Abbottabad. Un représentant de l’Otan et un responsable de la sécurité afghane ont déclaré de leur côté, en requérant l’anonymat, que les soldats de l’Otan avaient riposté à des tirs venant du côté pakistanais de la frontière. L’armée pakistanaise a démenti avoir tiré sur les forces de l’Otan. En réaction au raid, le Pakistan a fermé les voies de ravitaillement par lesquelles transite une grande partie du soutien logistique aux troupes de l’Isaf et annulé sa participation à la conférence internationale de Bonn sur l’Afghanistan, le 5 décembre.
L’absence d’Islamabad privera les participants d’un interlocuteur capital dans les négociations avec les taliban en vue de lancer un processus de paix dans le pays que les troupes américaines ont prévu de quitter d’ici la fin 2014. Lors d’une visite en Corée du Sud, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a regretté la décision du Pakistan, tout en espérant que Washington et Islamabad renoueraient leur coopération dans le futur. «On ne gagnera rien à tourner le dos à une coopération mutuellement bénéfique», a estimé la chef de la diplomatie américaine. «Il est franchement regrettable que le Pakistan ait décidé de ne pas participer à la conférence de Bonn.»

REUTERS
Jeudi 1 Décembre 2011

Lu 746 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs