Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Consensus et unanimité marquent les travaux de la Commission administrative




Consensus et unanimité marquent les travaux de la Commission administrative
Driss Lachgar propose  la tenue d’une conférence  internationale sur  le Sahara 

Habib El Malki : L’USFP  a posé des règles et des  procédures claires pour bâtir un parti-institution




Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, a réitéré, lors de la deuxième session de la Commission administrative du parti tenue, samedi et dimanche au siège central à Rabat, le rejet catégorique de la démarche américaine d’élargir la mission de la MINURSO à la surveillance des droits de l’Homme au Sahara marocain.
Il a tenu à rappeler devant les membres du parlement du parti que l’USFP était le premier parti à avoir pris une série d’initiatives concrètes après sa réunion avec les conseillers du Roi, en demandant la réunion urgente des commissions des relations extérieures des deux Chambres du Parlement. Il  a exhorté les syndicats à faire du Sahara marocain l’un des sujets de leurs revendications lors du 1er mai. L’USFP a décidé «d’envoyer des émissaires aux partis politiques des pays membres permanents du Conseil de sécurité pour leur expliquer la position du Maroc sur l’initiative américaine» qui, selon Lachgar, contredit « la logique de concertation et l’esprit de consensus qui ont marqué le processus visant à chercher une solution politique équitable basée sur le respect de la souveraineté et l’unité territoriale des pays de la région ».
Outre cela, le Bureau politique a pris l’initiative de tenir des rencontres avec les ambassadeurs des pays membres permanents du Conseil de sécurité.
Driss Lachgar a, d’autre part, qualifié d’improvisation et d’aventurisme les actions prises par le gouvernement présidé par le PJD.
Il s’en est pris également à l’Exécutif à propos de sa lenteur dans l’opérationnalisation de la Constitution 2011, l’adoption d’une approche conservatrice dans sa mise en œuvre, et pis encore, l’exclusion de l’opposition de ce chantier constitutionnel et législatif important. Il a rappelé dans ce sens que le Bureau politique a déjà mis en garde dans son communiqué daté du 4 mars 2013 contre le plan législatif présenté par le gouvernement et préparé unilatéralement par lui dans le but de confisquer le droit du Parlement à légiférer. Et cette tendance antidémocratique s’est confirmée davantage quand le gouvernement a décidé des coupes budgétaires sans concertation ni recours au Parlement pour amender la loi de Finances.
Le fait de recourir aux coupes budgétaires, selon Lachgar, «prouve que le gouvernement n’a pas de projet de réforme ni de vision économique, sociale et politique qui répondent à la nature des problématiques, des défis et des attentes populaires urgentes, ce qui aggravera la crise économique, et partant touchera le pouvoir d’achat des citoyens et leurs acquis sociaux».
Et pour mener son opposition aux choix antisociaux du gouvernement, le Premier secrétaire a réitéré son appel à constituer un front social dont les syndicats constituent le noyau central. Il a rappelé dans ce sens les rencontres entre la direction du parti et les principales centrales syndicales, à savoir l’UMT, la FDT et l’UGTM.
Une grande partie du rapport de Driss Lachgar a été réservée au volet organisationnel. En effet, il a insisté sur les principes constitutifs des relations au sein du parti. Il s’agit notamment de la séparation et l’équilibre des pouvoirs, la décentralisation,  l’institutionnalisation et la codification, la légitimité démocratique, la clarté des responsabilités et des fonctions, la liaison entre la responsabilité et la reddition des comptes, l’efficacité et la rénovation, la gestion démocratique du quota en vue de parvenir à la parité, et la moralisation.
Au début de la session de la CA, Habib El Malki, président de ladite commission, a mis en exergue dans une brève allocution  l’importance de cette session «constitutive d’une nouvelle étape dans la vie interne de notre parti» pour au moins deux raisons.  La première concerne les documents. Le parlement du parti est tenu de se moderniser et d’adopter une méthodologie claire pour la préparation de ses travaux. «Nous avons mis en place un plan à partir de notre expérience passée, précise le président de la Commission administrative. Lequel plan a pour objectif d’établir une connexion ou un pont permanent entre deux sessions consécutives de la Commission, et de permettre aux membres de cette commission de prendre part à toutes les actions du parti, et ce conformément aux règlements intérieurs. Nous œuvrons maintenant à la préparation des conditions qui sont à même de permettre à chacun d’être un membre actif et d’assumer toutes ses responsabilités, et ce en respectant ses droits et ses obligations».
Pour Habib El Malki, le parti a besoin de règles et de procédures claires et bien définies pour bâtir un parti-institution. « Le parti, explique-t-il, a besoin d’instruments pour donner un nouvel essor à toutes ses organisations. Il a besoin également d’une nouvelle approche pour la solution des problèmes posés et pour bâtir des relations objectives entre toutes les composantes de notre parti».
Le débat qui a suivi le rapport politique présenté par Lachgar, a été très riche aussi bien par son contenu que par les propositions dégagées et les remarques présentées par plus de 40 interventions des membres de la Commission administrative. La plupart des interventions qui se sont déroulées dans un climat serein, cordial et responsable, ont mis en exergue l’importance de renforcer l’unité du parti et de le moderniser, la question du Sahara marocain, la constitution du front social et la question des courants au sein du parti évoquée surtout lorsque les membres de la CA ont discuté des dispositions du règlement interne relatif à la CA et celui régissant ses travaux.
Certains membres ont défendu l’idée d’institutionnaliser des courants au sein du parti pour préserver son unité,  et d’envoyer un message aux Marocains que l’USFP peut gérer ses différends, tandis que d’autres tout en mettant en valeur la noblesse de cette idée, ont demandé d’y réfléchir longuement, car il est inconcevable d’instituer des courants sans jeter les bases essentielles qui sont à même de réussir ce processus.  
Pour trancher cette question, le Premier secrétaire a proposé de confier cette tâche à la Commission de l’organisation et de la gouvernance.
A noter que la CA a adopté, hier matin, à l’unanimité, le projet du règlement interne concernant cette commission et ses travaux en tenant compte des remarques et des amendements proposés par ses membres.
Les membres de la CA ont voté également à l’unanimité le projet de la Commission nationale d’arbitrage et de déontologie, et celui de la Commission nationale de contrôle financier, d’administration et des biens.
Ils ont aussi approuvé à l’unanimité une recommandation qui consiste à organiser une journée nationale de fidélité aux martyrs et tous les militants défunts du parti le 29 octobre de chaque année.
Une autre recommandation prévoit d’augmenter la représentativité des organisations du parti à l’étranger dans la Commission administrative, et l’organisation d’un forum annuel de celle-ci.
La CA a également approuvé une recommandation concernant la création de « l’Institution ittihadie nationale pour la solidarité », mais Driss Lachgar a proposé de confier la tâche de préciser les dispositions du statut de cette institution à la Commission d’organisation et de gouvernance. Les membres de la CA ont également voté le projet du budget 2013.
Le consensus et l’ambiance sereine qui ont marqué les travaux de la CA, ont poussé le président de cette commission à souligner que les membres de la CA ont lancé un message à tous ceux qui prédisaient, voire espéraient l’éclatement de l’USFP.
A signaler enfin que Driss Lachgar a proposé que l’USFP organise prochainement une conférence internationale sur la question du Sahara marocain.

Mourad Tabet
Lundi 22 Avril 2013

Lu 2501 fois


1.Posté par Mohammed Jouhari Président de l'association "lalla Mimouna" le 22/04/2013 12:24
L'intégrité territoriale marocaine est irréversible pour tout marocain noble.
Nous avons déjà payé très très cher en vie humaine et en argent pour récupérer nos provinces sahariennes.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs