Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Conflit libyen : Les rebelles progressent à l'ouest de Tripoli




Conflit libyen : Les rebelles progressent à l'ouest de Tripoli
 Mouammar Kadhafi a appelé lundi les Libyens à libérer leur pays "des traîtres et de l'Otan" au lendemain de la prise par les rebelles de la ville stratégique de Zaouïah, un des derniers liens entre Tripoli et le monde extérieur. Parallèlement, des représentants du gouvernement et de l'insurrection se réunissaient à huis clos dans un hôtel de Djerba, dans le sud de la Tunisie voisine, a déclaré une source au fait des discussions. L'information a été démentie par le porte-parole du gouvernement libyen Moussa Ibrahim. Les rebelles libyens ont hissé dimanche leur drapeau sur Zaouïah, à 50 km environ à l'ouest de Tripoli, sur la route côtière qui mène à la Tunisie. Cette offensive marque l'avancée la plus spectaculaire des insurgés depuis six mois dans les zones de l'ouest du pays contrôlées par les partisans de Mouammar Kadhafi. Des troupes gouvernementales lourdement armées sont stationnées en nombre sur la route de la capitale, qui ne semble pas directement menacée dans l'immédiat. Mais les rebelles contrôlent à présent la côte aussi bien à l'est qu'à l'ouest de Tripoli. Au nord, un blocus naval assuré par l'Otan est en place et, au sud, des combats sont en cours. Dans un message sonore diffusé dans la nuit par la télévision d'Etat, Mouammar Kadhafi a lancé: "Avancez, prenez vos armes, allez au combat pour libérer la Libye mètre après mètre des traîtres et de l'Otan. Tenez-vous prêts au combat (...) Le sang des martyrs nourrit le champ de bataille." Le dirigeant libyen s'exprimait par téléphone. Le son était de mauvaise qualité et la transmission a été plusieurs fois interrompue. Au cours d'une journée d'action dans le Nord-Ouest libyen, les rebelles ont déclaré avoir pris le contrôle de Sourmane, située près de Zaouïah, à 70 km environ à l'ouest de la capitale, et avoir attaqué Gariane, à 80km au sud de Tripoli. Des coups de feu ont en outre été signalés près du principal point de passage frontalier entre la Libye et la Tunisie. Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement de Mouammar Kadhafi, a affirmé que Zaouïah et Gariane étaient sous le contrôle du pouvoir central. Il a néanmoins fait état de petites zones de combat en deux autres points des environs de Tripoli. Ibrahim a dit par téléphone que la route côtière qui relie Tripoli à la Tunisie était coupée par des combats et que les étrangers n'étaient pas autorisés à l'emprunter parce qu'ils risquaient d'être exposés à des coups de feu "ici ou là".
Un journaliste de Reuters a vu dimanche matin une cinquantaine de combattants rebelles près du grand marché de Zaouïah, chantant "Allah est grand", tandis que le drapeau rouge, noir et vert de l'insurrection flottait devant un magasin. Les insurgés ont noté que des soldats loyalistes et des tireurs embusqués se trouvaient encore dans la ville. L'un d'eux a ajouté que les gouvernementaux contrôlaient toujours la raffinerie au nord de Zaouïah, la seule encore en activité dans l'ouest de la Libye et dont dépendent les forces de Kadhafi pour leur ravitaillement.
Divers signes indiquent que les combats se propagent à l'ouest à partir de Zaouïah le long de la côte. Un journaliste de Reuters présent au poste frontalier de Ras Jdir a dit avoir entendu une dizaine de coups de feu du côté libyen de la frontière. D'autres tirs ont éclaté peu après.
Sur un autre front, des fusillades intenses étaient perceptibles dans la journée dans la région de Gariane, a dit un envoyé spécial de Reuters présent à Al Kaoualich, à 25 km de là. "Nous sommes entrés aujourd'hui à Gariane", a dit à Reuters un combattant insurgé en route vers la ville. "Nous contrôlons 70% de la localité, mais il y a encore des combats en ce moment." Mais dans le centre de Tripoli, rien ne laissait penser dimanche soir que la situation ait changé le moins du monde. A Bruxelles, l'Otan a dit surveiller de près une situation "fluide". "Les forces pro- et anti-Kadhafi sont au contact. Nous ne savons encore rien de sûr, notamment à propos du contrôle de Zaouïah", a dit un responsable de l'Alliance. 

Reuters
Mardi 16 Août 2011

Lu 727 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs