Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Conférence de Paris : Une feuille de route pour la nouvelle Libye




L'ONU et les grandes puissances ont mis jeudi au point une feuille de route pour les nouvelles autorités de Tripoli, lors d'un sommet réunissant une soixantaine de pays et d'organisations à Paris sur l'avenir de la «nouvelle Libye». Elles ont ainsi immédiatement débloqué 15 milliards de dollars contre la promesse de la démocratie, de la stabilité et de la réconciliation. Dans le même temps, Mouammar Kadhafi a exclu toute reddition et appelé ses partisans à «poursuivre la résistance». Sur le terrain, les rebelles confortaient leurs positions en attendant de s'attaquer à Syrte, dernière grande ville tenue par les fidèles de Mouammar Kadhafi, qui reste introuvable. Ils ont prolongé d'une semaine leur ultimatum et leur ont laissé jusqu'au 10 septembre pour se rendre.
Sur le terrain, la Libye est confrontée à des pénuries critiques d'eau potable, de vivres, de carburant et de médicaments, a déclaré le coordinateur humanitaire des Nations unies pour le pays, Panos Moumtzis. Plusieurs agences de l'ONU ont pu regagner Tripoli pour évaluer les besoins depuis la stabilisation de la situation dans la capitale libyenne, a-t-il expliqué. M. Moumtzis a précisé jeudi soir que l'ONU a acheminé 11 millions de bouteilles, et doit envoyer 600 tonnes de vivres ainsi des médicaments pour un montant de 100 millions d'euros. La Commissaire européenne à l'aide internationale, Kristalina Georgieva, a de son côté estimé que quelque 400.000 personnes à Tripoli ont besoin d'assistance humanitaire. Il y a également des  "problèmes graves"  dans d'autres régions de Libye, mais grâce à la bonne coordination entre différents acteurs humanitaires, la catastrophe humanitaire devrait être évitée, a-t-elle ajouté jeudi. La principale inquiétude, selon Mme Georgieva, est le sort des quelque 3.000 migrants d'Afrique subsaharienne toujours bloqués à Tripoli. Elle a exhorté le Conseil national de transition (CNT) a prendre des mesures plus efficaces pour leur protection contre les combattants insurgés. Ces migrants risquent en effet le pire, soupçonnés par les rebelles d'être en fait des mercenaires de Kadhafi, contre lesquels la chasse à l'homme bat son plein en Libye.    

Libé
Samedi 3 Septembre 2011

Lu 454 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs