Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Condamnés en première instance pour fraude au baccalauréat : Des enseignants casablancais retrouvent leur liberté en appel




Condamnés en première instance pour fraude au baccalauréat : Des enseignants casablancais retrouvent leur liberté en appel
Ils sont trois. Tous victimes de l’intime conviction d’un juge qui a mal apprécié le cours des évènements qui les ont amenés devant les prétoires. Leurs noms : Khadija Hachima, Fatima Achellouh et Abdelilah Hariri. Leur profession: enseignants du cycle secondaire. A voir leurs larmes couler à profusion chaque fois qu’ils évoquaient le calvaire qu’ils ont enduré durant leurs six mois d’emprisonnement ordonnés par le tribunal de première instance de Casablanca, à entendre les trémolos de leurs voix enrouées à force d’avoir clamé leur innocence, on ne peut que compatir à leur malheur.
Un malheur qui s’est abattu sur eux un certain été où ils surveillaient les candidats au baccalauréat dans le lycée El Baroudi à Casablanca. «Ce qu’on nous a reproché, à tort, aurait dû trouver son terme normal au niveau de l’AREF du Grand Casablanca et la BNPJ n’aurait jamais dû s’en saisir». Hachima regrette que sa hiérarchie lui ait fait faux bond ; voire chargée en des temps où elle avait plus besoin de soutien que de réprimandes étant donné qu’elle dit n’avoir commis aucun acte répréhensible. Ceci d’autant plus qu’ils ont plus de trente ans d’expérience et qu’ils ne pouvaient commettre l’irréparable puisqu’ils se croyaient plus aptes à bénéficier d’une retraite prochaine que d’une volonté délibérée de mal faire leur travail. Et surtout de faire commerce des épreuves du Baccalauréat.
Poursuivis pour fraude dans un examen public pour permettre à un candidat d’obtenir un diplôme délivré par l’Etat et pour avoir informé autrui du contenu de l’examen avant son déroulement, corruption et corruption active, leur accusation a constitué un vrai fardeau qui a taraudé leur conscience davantage que leur emprisonnement lui-même. Ceci d’autant plus qu’ils ont eu du mal à concevoir le déroulement de leur procès en l’absence du principal ou des principaux instigateurs de l’affaire qui les a conduits devant la Cour. Durant toutes les audiences qui ont précédé le prononcé du jugement, les avocats de la défense n’avaient, en effet, cessé de demander  la présence de l’élève concerné et de son père qui auraient mystérieusement disparu.  Dans ses plaidoiries, la défense a même accusé ce dernier d’être «le principal criminel» de cette fraude avérée. Ce fut peine perdue, puisque le tribunal a prononcé de lourdes sentences uniquement contre ceux qui avaient été déférés devant lui. Et rien qu’eux.
Il aura donc fallu que l’affaire passe en appel pour que justice soit donc rendue. Heureusement.

Noureddine Machichi
Mercredi 11 Avril 2012

Lu 840 fois


1.Posté par ballali le 11/04/2012 20:32
enfin que justice soit faite malgré le calvaire qu'il ont suivi.et je veux saisir cette occasion pour saluer les juges de la cour d'appel qui ont montré une autre fois qu'ils peuvent faire le miracle avec leurs consciences professionnelles .et merci à eux et sans oublier les avocats .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs