Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Concerts du Nouvel An de l’Orchestre philharmonique du Maroc : “Les Mille et Une Nuits” de l’OPM




Concerts du Nouvel An de l’Orchestre philharmonique du Maroc : “Les Mille et Une Nuits” de l’OPM
Quatre dates, quatre villes et cinq  rendez-vous pour célébrer comme il se doit, dans la joie et la bonne humeur, le Nouvel An. Ainsi se résume le programme musical de l’Orchestre philharmonique du Maroc (OPM), en ce début d’année.
L’ensemble de musique classique se produira à El Jadida, Mazagan Beach Resort, Cinéma Rialto à Casablanca, Théâtre national Mohammed V à Rabat, Salle de l’hôtel de ville de Tanger, respectivement les dimanche 15 janvier à 20h (concert public), mercredi 18 à 16h30 (concert pédagogique) et 20h30 (concert public), jeudi 19 à 20h30 (concert public) et samedi 21 à 20h (concert public). Et ce, sous la direction artistique de Benoît Girault, premier chef invité de l’Orchestre philharmonique du Maroc.
Un joli prétexte pour l’OPM pour aborder des répertoires diversifiés et surtout interpréter, pour la 1ère fois, « Schéhérazade » de Rimski-Korsakov. « Cette œuvre puise son inspiration dans le conte des Mille et Une Nuits », souligne l’OPM qui promet aux mélomanes des concerts comme ils en rêvent.
Rappelons que l’histoire de Schéhérazade s'inscrit dans cette attirance irrésistible de l'Orient. Sous-titrée «Suite symphonique », Schéhérazade est à mi-chemin entre la Symphonie fantastique de Berlioz et le Poème symphonique de Franz Liszt. Elle est à la limite entre la "musique à programme" et la "musique absolue", explique-t-on.
«À l'origine, Rimsky-Korsakov voulait composer une suite possédant le cadre externe d'une symphonie - quatre mouvements, orchestre relativement restreint - mais dont l'ensemble gardait la liberté de la rhapsodie », précise une note de l’OPM.
Il faut noter que les merveilleux moments de détente musicale annoncés par l’OPM tourneront autour d’un programme proposant, outre l’interprétation de « Schéhérazade », des extraits musicaux de deux grandes œuvres : « Peer Gynt » d’Edvard Gieg et « Lac des cygnes » de Tchaïkovsky. La première œuvre « est une pièce de théâtre de l'auteur norvégien Henrik Ibsen sur une musique composée par Edvard Grieg. Elle diffère des œuvres suivantes d'Ibsen de par ce qu'elle est écrite en vers, n'ayant pas vocation au départ à être jouée sur scène », peut-on lire.
Cette belle œuvre « peut être considérée comme une pièce douce-amère relatant l'histoire d'un antihéros parti défier le monde qui rate tout ce qu'il entreprend et découvre seulement à la fin combien il est seul. L'amertume qui s'en dégage rejoint le ton dur des autres travaux d'Ibsen, plus centrés sur une critique sociale incisive ».
La seconde œuvre du programme, «Le Lac des cygnes », relate l'histoire du prince Siegfried et de son amour aussi inattendu qu'agité pour la princesse Odette. «La rencontre de ces deux personnages au bord du lac donne le nom à l’œuvre. Cependant, cette dernière envoûtée par un sorcier subit un terrible sort, celui de devenir cygne le jour venu et de n'être femme, qu'une fois la nuit tombée. Cette malédiction n'entrave toutefois pas le projet de mariage du prince… »
Benoît Girault est lauréat du Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Finaliste de plusieurs concours internationaux de direction d’orchestre de Tokyo et de Besançon, il mène depuis cinq ans un répertoire classique du niveau des meilleurs orchestres. Ce pianiste de formation, dont on apprécie le talent aux côtés des solistes de renommée internationale, tels que Paul Meyer, Jean-Philippe Lafont, Abdel Rahman El Bacha, Gilles Apap, David Guerrier, Pascal Godart, Karen Vourc’h, Nicolas Dautricourt ou encore Siheng Song,  dirige aussi plusieurs représentations lyriques et concerts dans le cadre du Concours international de Piano.

Programme musical:

Edvard Grieg
Peer Gynt (extraits)
I. Au matin
II. La mort d'Ase
III. Danse arabe
IV. Chanson de Solveig
V. Dans l'antre du roi de la montagne
Piotr Tchaikovsky
Le Lac des cygnes (extraits)
I. Danse hongroise (Czardas)
II. Danse des cygnes
III. Danse espagnole
IV. Scène
V. Valse
Nikolai Rimski-Korsakov
Schéhérazade
VI. La mer et le vaisseau de Simbad
VII. Le récit du prince Kalender3. Danse arabe
VIII. Le jeune prince et la jeune princesse
IX. Fête à Bagdad - La Mer - Le Vaisseau se brise sur un rocher surmonté d'un guerrier d'airain.


ALAIN BOUITHY
Mardi 10 Janvier 2012

Lu 1174 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs