Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Communiqué du Bureau politique de l’USFP




Communiqué du Bureau politique de l’USFP
Le Bureau politique de l’USFP a tenu, lundi, sa réunion hebdomadaire consacrée à l’examen de plusieurs points, notamment ceux relatifs au dossier de l’intégrité nationale, aux Assises nationales sur la fiscalité et aux répercussions des campagnes de dénigrements menées contre des symboles politiques et intellectuels marocains.
Les membres du Bureau politique ont pris acte du rapport du Premier secrétaire, Driss Lachgar, qui a salué le succès de la diplomatie marocaine aux niveaux officiel et partisan, en mettant en échec le plan visant à porter atteinte à la Souveraineté nationale et ce, sous prétexte de l’élargissement de la mission de la Minurso aux droits de l’Homme dans le Sahara marocain.
Dans ce cadre, le Premier secrétaire a passé en revue les différentes rencontres qu’ont eues les délégations du parti avec les ambassadeurs des pays permanents au Conseil de sécurité ainsi qu’avec des partis européens dans le cadre de l’International socialiste et les intenses contacts avec des parties arabes, tout en relevant le respect et la compréhension accordés à la position marocaine qui plaide pour une solution juste dans le cadre du projet d’autonomie.
Alors que les membres du BP ont souligné l’importance de la victoire diplomatique marocaine, ils ont mis en garde contre la gravité du plan algérien qui vise à déstabiliser la région à travers ce qu’on appelle les séparatistes de l’intérieur qui exploitent le climat d’ouverture démocratique et le progrès enregistré au niveau des libertés que connaît le Maroc comparativement avec les camps de Tindouf et les territoires algériens.
Le Bureau politique estime que les autorités marocaines doivent se montrer vigilantes quant aux provocations d’une minorité de séparatistes chargée d’orchestrer des manifestations, en coordination avec des observateurs internationaux qui ne cachent pas leur parti pris pour la thèse séparatiste en vue de médiatiser des images et des allégations contre le Maroc.
Les membres du BP considèrent que malgré l’importance de l’approche sécuritaire pour la préservation de la sécurité et la stabilité, il n’en demeure pas moins que le traitement politique par les forces démocratiques, nationales et des droits de l’Homme est aussi important, afin de ne pas laisser le champ libre aux ennemis de notre intégrité territoriale.  
Le Bureau politique a examiné avec  une grande inquiétude la campagne de dénigrement menée par plusieurs forces rétrogrades y compris le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, pour détourner l’attention de l’opinion publique  quant aux problèmes sociaux et économiques graves que vit le Maroc. C’est une manœuvre pour dissimuler leur échec cuisant dans la gestion de la chose publique.
Le Bureau politique exprime dans ce sens sa solidarité avec l’activiste amazigh des droits de l’Homme Ahmed Assid, considérant que la différence de points de vue ne doit pas être confrontée par l’apostasie… Ce qui s’est passé relève d’une orientation générale qui est en train d’anéantir la société marocaine, d’où la nécessité d’ouvrir un débat national sur la chose religieuse au Maroc, et de discuter de la légitimité d’émettre des fatwas par ceux qui prétendent être des fqihs et des chioukhs, ce qui contredit les dispositions de la Constitution du pays.
Le Bureau politique a débattu amplement du pseudo-dialogue national duquel le gouvernement a  exclu les organisations professionnelles et les centrales syndicales et culminé par une réforme fiscale chimérique contrôlée par les lobbys des bureaux d’études, ce qui porte atteinte au principe de la souveraineté de décision en ce qui concerne la participation dans la chose publique. Cette décision ne peut être tranchée que par le Parlement et selon des procédures constitutionnelles claires et non par les lobbys qui violent l’égalité fiscale.
Et dans le cadre des préparatifs de la classe ouvrière pour la fête du 1er mai, le Bureau politique appelle tous les Ittihadis et toutes les Ittihadies et l’ensemble des sympathisants du parti à la forte mobilisation dans les marches nationales et régionales, pour dénoncer les régressions qui ont touché les acquis syndicaux et sociaux des ouvriers et l’ensemble des citoyens.
Le Bureau politique a exprimé sa solidarité avec les initiatives du secteur des pharmaciens ittihadis, et a appelé dans ce sens à la nécessité de démocratiser les instances professionnelles, et la promulgation le plus tôt possible des textes et des décrets d’application du Code du médicament et de la pharmacie, ainsi que l’opérationnalisation des dispositions de la Constitution par la création des conseils régionaux.

Libé
Mercredi 1 Mai 2013

Lu 419 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs