Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Communiqué du Bureau politique de l’USFP




Communiqué du Bureau politique de l’USFP
Le Bureau politique de l’USFP a tenu sa réunion hebdomadaire lundi 15 avril 2013 avec un ordre du jour comportant plusieurs questions politiques et organisationnelles dont, en premier lieu, les derniers développements concernant notre intégrité territoriale. Les membres du Bureau politique ont eu à suivre l’exposé présenté par le Premier secrétaire du parti, Driss Lachgar, sur la réunion tenue, sur initiative de SM le Roi Mohammed VI, par les présidents des partis politiques marocains et qui a été consacrée à l’examen de la dernière position américaine visant à dénaturer la mission de la Minurso dans nos provinces du Sud.
Le Premier secrétaire est passé par la suite à d’autres développements politiques se rapportant aux activités menées par le parti au niveau des secteurs régionaux, provinciaux et aux réunions continues pour l’ouverture d’un dialogue avec le mouvement ittihadi ainsi qu’aux préparatifs de la deuxième session de la Commission administrative prévue pour les 20 et 21 avril 2013.
Après un débat fructueux sur ces différentes questions, le Bureau politique a exprimé son total rejet de l’initiative américaine pour nos régions du Sud, assurant qu’il s’agit là d’une entorse à la logique de la consultation et de l’accord  ainsi que d’une atteinte à l’esprit de consensus qui a marqué le processus de recherche d’une solution politique juste pour les parties dans ce conflit artificiel dans la région.
La Bureau politique a également enregistré avec indignation la tentative de dévier la Minurso de sa mission initiale qui lui a été confiér par les Nations unies depuis ce qui a été qualifié de cessez-le-feu en 1991 jusqu’à nos jours, s’étonnant par la même de cette surprenante et unilatérale décision américaine qui adopte à la lettre les propositions de l’Algérie et du  Polisario appelant à confier  à la mission onusienne la surveillance de la situation des droits de l’Homme dans la région.
Le Bureau politique estime, par ailleurs, que la proposition américaine porte atteinte aux conventions conclues sous l’égide des Nations unies, que ce soit celle de Madrid ou celle portant sur le cessez-le-feu et qu’aucune donnée juridique ou réaliste ne justifie le fait de charger la Minurso de surveiller les droits de l’Homme au moment où, de surcroît, le Maroc a déployé des efforts considérables dans le domaine du respect des droits et des libertés individuelles et collectives, et ce dans le cadre de son adhésion aux principes universels des droits de l’Homme et sa ratification de plusieurs conventions internationales dans ce sens.
Le Bureau politique a rappelé que le Maroc dispose de mécanismes nationaux, civils et politiques dont on reconnaît la crédibilité et les compétences à l’échelon national susceptibles de protéger les droits humains dans notre pays. Pour cela, nous n’admettons pas qu’on soit à la merci d’une quelconque intervention étrangère ou pression dont les objectifs n’ont rien à voir avec les droits de l’Homme, mais qui tentent de porter atteinte à l’intégrité dans la région et mettre des moyens  à la disposition d’une minorité séparatiste pour provoquer des troubles et semer la zizanie au service de ses officines de propagande soutenues par quelques ONG acquises à la thèse sécessionniste dont des organisations américaines ayant montré au grand jour leurs desseins politiques hostiles à notre unité territoriale, et ce au moment où elles ferment les yeux sur les violations quotidiennes des droits de l’Homme par les  séparatistes dans les camps de Tindouf  où ils séquestrent les citoyens marocains.
Le Bureau politique a condamné toutes les tentatives qui visent à porter atteinte à la souveraineté du Maroc sur  ses provinces du Sud, en rappelant que les recommandations des Nations unies et du Conseil de sécurité ne peuvent être imposées par la force, mais  doivent être prises dans un cadre consensuel et de dialogue en vue de parvenir à une solution juste au conflit artificiel dans nos régions du Sud. Au moment où les Etats-Unis semblent opérer une volte- face, les grandes puissances et l’ensemble de la communauté internationale expriment leur soutien à l’initiative marocaine d’accorder l’autonomie au Sahara.
Le Bureau politique a mis en garde contre la gravité de la position américaine qui pourrait créer davantage de zones de tension dans le Sahel et au Sahara, entraînant des conséquences imprévisibles sur les plans sécuritaire, social, politique et économique.       
Dans le même ordre d’idées, le Bureau politique a appelé l’ensemble des forces politiques, syndicales, associatives et de droits de l’Homme à la mobilisation pour faire face au dangereux plan américain qui vise à anéantir tous les efforts de paix dans la région et porter atteinte aux possibilités d’unité des peuples maghrébins. Ce qui répond à la volonté des dirigeants algériens et leur produit, le Polisario, visant à provoquer l’anarchie dans le Sud de la Méditerranée et ce, dans le cadre de la rivalité des grandes puissances dans la région.
Les membres du BP se sont mis d’accord pour alerter toutes les forces du parti, organisationnelles, régionales, provinciales, ainsi que ses secteurs parallèles, ses deux Groupes parlementaires, ses militants et sympathisants en vue de consolider cette position via des instances institutionnelles et populaires.
Il a été décidé à ce propos la convocation des deux Groupes à la réunion de la commission des affaires étrangères au Parlement pour débattre de ce sujet. Ainsi que l’entame des concertations entre les partis représentés au Parlement pour appeler à la tenue d’une session extraordinaire et ce, pour confirmer l’unanimité des représentants de la Nation face à tout complot. Outre la convocation de la classe ouvrière marocaine, en perspective de la préparation des festivités du 1er mai, à exprimer sa position qui refuse de porter atteinte à notre intégrité territoriale.
Le BP a également décidé d’entamer les préparatifs pour que des délégations effectuent des visites chez des partis amis dans les pays membres permanents au Conseil de sécurité. De même que d’organiser des rencontres dans les provinces sahariennes avec les militants et les sympathisants du parti pour contrecarrer toute manœuvre visant à déstabiliser  la région.

Libé
Mercredi 17 Avril 2013

Lu 266 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs