Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Communiqué du Bureau politique de l’USFP




Communiqué du Bureau politique de l’USFP
Le Bureau politique a tenu, lundi, sa réunion hebdomadaire dont l’ordre du jour a été consacré aux développements politiques et aux résultats des réunions des groupes d’action politique et organisationnels, ainsi que les organisations sectorielles de l’USFP.
Le Premier secrétaire, Driss Lachgar, a soulevé, à l’entame des travaux, la question de l’opérationnalisation de la solidarité partisane dans les rangs des militantes et militants au niveau des provinces et des régions. Et ce, en proposant une Journée de la fidélité qui coïncidera avec la commémoration de l’anniversaire de la disparition du martyr Mehdi Ben Barka (29 octobre). Faire du 29 octobre une journée nationale dédiée à l’ensemble des fondateurs, des combattants, des martyrs et des militants qui se sont sacrifiés pour le parti et la Nation.
Le Premier secrétaire a également informé les membres du Bureau politique du contenu de la rencontre qu’il a eue avec le Groupe socialiste. Une rencontre qui s’est déroulée dans un esprit partisan dans le cadre du respect des résultats du Congrès et des règles institutionnelles, en partant du renforcement de l’unité du parti, lequel sera un soutien essentiel au Groupe parlementaire dans son ensemble.
Dans le même ordre, M. Lachgar a annoncé la date de la rencontre qu’il aura avec les membres du Groupe socialiste à la Chambre des conseillers. Celle-ci est prévue aujourd’hui à partir de 17 heures.
Pour ce qui est des développements politiques, les membres du BP ont eu des discussions approfondies  au sujet de la décision politique courageuse prise par le parti concernant la non participation dans certaines commissions gouvernementales du dialogue. Cela a été fait pour dévoiler clairement les intentions implicites d’un dialogue biaisé qui s’est transformé en moyen de contourner les acquis constitutionnels et de consacrer des pratiques de clientélisme en cautionnant la participation à ce dialogue de pseudo-entités en lieu et place de celles authentiques et légitimes, contribuant ainsi à réduire les questions nationales en questions sectorielles, vidant par là même la Constitution de son contenu et bafouant les acquis du peuple marocain en matière de démocratie, des droits de l’Homme, des libertés et de justice.
En prenant acte de l’écho positif auprès d’une grande partie de l’opinion publique nationale et des potentialités associatives et des droits de l’Homme,
les membres du Bureau politique font état de :
-L’importance de cette décision qui ne se réduit pas au seul boycott de ce dialogue, mais aussi au fait de lui conférer un contenu propositionnel, par l’élaboration de mémorandums globaux qui sont le fruit du dialogue avec des parties actives dans la société.
-L’accompagnement médiatique de cette décision par un contenu politique clair au vu de ce que représente le volet médiatique en tant qu’outil de communication efficace dans l’adoption et la diffusion de ladite décision.  
-Mettre en place des moyens de coordination avec les différentes parties qui prônent la même orientation du parti dans le cadre  du dialogue en cours et la participation de la société dans  l’élaboration d’alternatives réelles et démocratiques.
Au plan organisationnel, les différentes réunions et rencontres nationales, sectorielles, régionales et provinciales ont en leur part dans le débat du Bureau politique et un agenda a été proposé pour leur tenue et l’élaboration par les membres du BP d’un programme de suivi y afférent.  
Concernant la réunion du groupe de travail de la Commission administrative, le BP a suivi un exposé du président de celle-ci, Habib El Malki, qui a présenté un rapport sur les mesures et les questions qui détermineront le programme d’action de la Commission administrative et de sa tenue les samedi et dimanche 20 et 21 avril 2013. Ce programme comportera un exposé du BP, un débat sur le projet de règlement intérieur de la Commission administrative et de son organigramme ainsi que la présentation du projet de budget 2013.
Afin d’assurer le succès de cette session, il a été convenu de tenir une journée d’étude en présence des membres du BP présidée par le Premier secrétaire, et ce lundi 1er avril au siège du parti, sis au quartier des Habous à Casablanca qui abritera le même jour une réunion avec les différents organes du parti.
S’agissant de l’avancement des travaux préparatifs du Congrès de la Jeunesse Ittihadia, les membres du BP ont loué le haut niveau des interventions des différents membres de celle-ci lors de la réunion du 23 mars 2013 ainsi que le sens critique visant à rehausser la position  du secteur  de la Jeunesse, son unité et ses rapports avec la société. A cet égard, il a été décidé de :
-Tenir le Forum estudiantin ittihadi le 30 mars 2013 au siège national du parti.
-Réunir  le Conseil national de la Jeunesse Ittihadia le 13 avril 2013
-Créer 6 commissions thématiques (organisation, préparation matérielle, secteur estudiantin, orientation et affaires de la jeunesse, informations et communication, action associative) et d’adresser les projets aux régions pour leur enrichissement.
Les membres du BP ont également passé en revue l’évolution du travail de la commission des secteurs et celle de l’action associative qui tiendra une réunion le 14 avril 2013.
Par ailleurs et dans le cadre du soutien inconditionnel du parti au mouvement syndical et aux revendications sociales légitimes de toutes les catégories de travailleurs, le BP a décidé  d’adresser une invitation à l’ensemble des militantes et militants des différentes sections, provinces et régions ainsi qu’à toutes les potentialités, en vue de participer massivement à la marche du dimanche 31 mars 2013 à Rabat initiée par la FDT et la CDT.  
Dans le cadre de cette même orientation, le BP a décidé de soutenir et de participer à toutes les formes d’actions  militantes  menées par l’Union marocaine du travail pour l’abrogation de l’article 288 du Code pénal.
Le BP a également réitéré sa condamnation de toutes les campagnes de répression violente des manifestations pacifiques des diplômés chômeurs à Rabat et des étudiants de l’Université Ibn Tofail à Kénitra, ce qui témoigne d’une grave  régression au niveau des acquis du peuple marocain en matière de droit, de liberté et de justice.

Libé
Mercredi 27 Mars 2013

Lu 362 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs