Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Communales de tous les records




Record absolu. C’est à vous faire oublier les temps fastes où les Aouita ou El Guerrouj dominaient le tartan au gré de foulées majestueuses, affolant par là même le chrono. C’était le bon vieux temps. Hélas ! aurions-nous pu soupirer, s’il n’y avait eu ces fameuses communales qui durent et perdurent, nous tenant pour ainsi dire en haleine, et qui, surtout, Dieu merci, nous servent de la matière, bien qu’avariée, en cette période de dèche estivale.
Comment ne pas apprécier ce qui est en passe de se faire une bonne place dans le bien garni, et non moins étrange, registre de toutes ces spécificités qui sont les nôtres ?
Le verdict des urnes, croyions-nous jusque-là, un peu trop naïvement, est déterminant. Que nenni ! Et les recours ? Et les tribunaux ? Et tout le reste ?
La plus grosse imprudence de la part des « élus » communaux, même ceux promus maires, parmi eux, consisterait à faire la fête dès l’annonce des premiers résultats. Les turfistes avisés mettent un bémol à leur joie ou à leur déception, quand il y a photo. Ils ont la chance que ce soit là une question de petites minutes, alors que nos chers élus ne sont jamais sûrs de quoi demain sera fait.
Pas dans tous les cas, cependant. Ladite spécificité a démontré que tout dépendait du nom se trouvant derrière le recours en question.
Mais il faut bien, tout de même, qu’il y ait une certaine originalité dans le décor dominant. Et c’est là qu’un « petit » parti peut subitement devenir grand. Que l’ami Thami ne nous en veuille pas trop. Il aurait déjà relevé, par lui-même, les guillemets. La même spécificité précitée peut bien faire de vous un parti (politique, au cas où la précision s’imposerait) aux gros moyens, au budget inégalé et à « la popularité » inespérée, alors que vous venez à peine de naître. Comme elle peut vous condamner à rester « petit », quand bien même vous seriez en mesure de vous prévaloir de votre passé ou « antécédents » de militant.
C’est par le FFD que « le scandale » marrakchi, pour rappel, est arrivé. Cela aurait été trop beau.
Mais si la maire est partie, le Wali a tout de suite fait de la suivre. Sauf que pour la première, ce n’est, semble-t-il, pas définitif, alors que pour le second, cela a bien l’air de l’être. A son poste du moins. Chraïbi ressuscitera, c’est sûr, pour peu qu’il ne s’amuse pas à s’exposer devant un tracteur en marche.
L’urne, c’est, bien entendu, l’urne comme elle est conçue un peu partout dans le monde, mais c’est aussi, chez nous, l’Intérieur et les tribunaux.
Et si on donnait aux citoyens marocains la possibilité de saisir la Justice, l’Intérieur et le monde entier, pour « promesses non tenues », pour « publicité mensongère « à l’actif » de tous ces candidats qui promettent monts et merveilles durant leur campagne mais qui oublient tout dès l’occupation du siège convoité ?
En attendant, prenons le temps d’apprécier les joutes oratoires, par avocats et leaders interposés, entre le tracteur et la lampe, le premier ayant décidé de marcher sur la seconde. Via les tribunaux, heureusement, dirions-nous.

Mohamed BENARBIA
Samedi 25 Juillet 2009

Lu 326 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs