Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comment des armes destinées au cinéma se sont retrouvées au cœur de trafics




Comment des armes destinées au cinéma se sont retrouvées au cœur de trafics
Des armes vendues sur Internet par une société slovaque spécialisée dans l'armement neutralisé, destiné avant tout au cinéma, se sont retrouvées au coeur de trafics en Europe, et notamment en France. L'une d'elle se serait ainsi retrouvée dans les mains du terroriste Amedy Coulibaly.  A l'origine ces armes étaient destinées à être utilisées en toute sécurité sur des tournages de films. Le Parisien raconte, ce lundi, comment de vrais pistolets, kalachnikovs et autres fusils d'assaut neutralisés en vue de servir sur des plateaux de cinéma, et vendus sur un site slovaque spécialisé, ont été achetés et remis en service pour alimenter des trafics d'armes. Ce site, AFG Security, disponible en version anglaise, est en fait une véritable boutique en ligne consacrée à l'armement, qui propose toutes sortes de modèles, des armes à feu les plus vintage aux plus modernes, à des prix très accessibles. On y trouve, entre autres, des pistolets Walther (de 15 à 69 euros), Beretta (entre 189 et 287 euros), Flobert Alfa (autour de 200 euros), des fusils Norinco (environ 250 euros), mais aussi de vrais AK-47, la fameuse kalachnikov, une arme de guerre, pour moins de 450 euros.
Comme l'explique le Parisien, les armes, toutes authentiques, sont passées entre les mains de spécialistes, qui les ont rendues non létales mais capables de reproduire le bruit d'un tir réel. Ces armes à feu devenues factices peuvent ainsi être utilisées dans le cinéma en toute sécurité. "A l'origine, cette société vend des armes dites de panoplie ou de cinéma, très proches, en termes acoustiques, du bruit produit par  une vraie", explique ainsi un policier spécialiste de la lutte contre le trafic d'armes, cité par le journal.
Mais une vaste opération de police a été déclenchée au printemps, sous l'égide d'Europol, l'agence des polices européennes, notamment chargée de la lutte contre la criminalité internationale, après que des clients du site ont acheté des armes pour les remettre en service et les revendre à prix fort, alimentant ainsi un trafic juteux. Résultat: des centaines de ces armes, redevenues létales, circulent en Europe, et notamment en France, où AFG Security n'a désormais plus le droit de livrer.

 

 

Mercredi 8 Juillet 2015

Lu 282 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs