Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comment améliorer l’accès aux soins médicaux en Afrique




Comment améliorer l’accès aux soins médicaux en Afrique
L’innovation dans la technologie médicale, a mis à la disposition des scientifiques, au cours des cinq dernières décennies, de puissants outils pour développer de nouveaux médicaments et procédures qui ont abouti à des progrès sans précédent en matière de longévité humaine. L'espérance de vie à la naissance dans le monde a considérablement augmenté en passant d’une moyenne de 52 ans en 1960 à une moyenne de 71 ans en 2013. Il ne peut y avoir aucun doute quant aux avantages extraordinaires que les progrès en matière d'innovations médicales ont apporté à l'humanité (aider les gens à vivre plus longtemps, plus sain et plus heureux).
Entre les années 1920 et 1940, d'énormes progrès dans les procédures médicales ont été faites, y compris des découvertes comme la pénicilline, les sulfamides, la bacitracine, la streptomycine et la chloroquine. Dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale, ces médicaments sont devenus largement disponibles et leur utilisation a permis une baisse remarquable des taux bruts de mortalité dans de nombreux pays en développement. De même, durant les années 1950 et 1960, de moins en moins d'enfants et de jeunes ont succombé aux maladies facilement évitables qui, historiquement, avaient écorné les indicateurs de santé des pays en développement. Partout dans le monde, l'espérance de vie était à la hausse.
Et ce processus se poursuit aujourd'hui. Les médicaments inventés dans un endroit sont accessibles ailleurs, partout dans le monde, via les marchés internationaux. La plupart des médicaments commencent protégés par des brevets dont la durée finit par expirer pour ouvrir le marché à la concurrence des génériques. En conséquence, de nombreux médicaments génériques sont disponibles à des prix très bas, permettant à des personnes dans les pays les plus pauvres de bénéficier de la connaissance et de l'innovation des pays les plus riches. Les exemples récents comprennent les médicaments antirétroviraux, les statines et l'insuline, ainsi que des unités de soins intensifs néonatals, l'équipement de dialyse rénale, l'équipement de contrôle et une myriade d'autres dispositifs médicaux modernes.
Plusieurs médicaments brevetés sont également soumis à la concurrence d'autres médicaments de la même famille, ce qui exerce une pression à la baisse sur le prix. La stratégie de différenciation par les prix pratiqués par les fabricants permet à de nombreux pays en développement d'accéder à des médicaments brevetés à des prix proches du coût de production ou à titre gratuit. En effet, le gouvernement sud-africain a été en mesure d'obtenir quelques-uns des prix les plus bas dans le monde pour certains médicaments. Toutefois, en raison des politiques de tarification du gouvernement sud-africain, des opérateurs du secteur privé sont exclus de ce genre d'arrangements commerciaux. Si le gouvernement sud-africain souhaite voir tous les Sud-Africains accéder plus facilement aux médicaments, il doit permettre aux acteurs privés de négocier librement leurs propres transactions, de la même manière que le gouvernement lui-même est libre de négocier les prix avec les fabricants pharmaceutiques.
L'assurance maladie privée a également joué un rôle important dans l'augmentation de l'accès des Sud-Africains à des soins de qualité. Beaucoup de gens ont reconnu l'importance de contribuer par un petit montant fixe et régulier à une compagnie d'assurance médicale privée pour se protéger contre le paiement soudain de charges terriblement élevées imposées par des maladies, et qui pourraient être financièrement ruineuses. Mais les individus ont des besoins divers. Pour que le marché de l'assurance de santé fonctionne correctement, les actuaires doivent être libres de concevoir des politiques qui répondent aux besoins variés de soins de santé. Plus particulièrement, les individus devraient être autorisés à assumer la responsabilité de leur propre vie et prendre en charge les risques auxquels ils font face. Les compagnies d'assurance seraient alors en mesure d'offrir des incitations aux gens à être plus prudent.
Les systèmes médicaux privés doivent être en mesure de soutenir la concurrence dans le marché en offrant soit des incitations positives telles que la réduction des primes ou des remises spéciales, par exemple, aux membres et aux assurés qui pratiquent régulièrement du sport, boivent avec modération, ne fument pas ; ou des désincitations via la facturation de primes plus élevées à ceux qui font le contraire. Mais, actuellement, les lois qui régissent le marché des systèmes médicaux en Afrique du Sud empêchent les actuaires d'élaborer des programmes qui répondent aux besoins individuels et cela a été particulièrement dommageable pour les personnes à faible revenu, ceux-là mêmes qui peuvent se permettre le moins d'être sans couverture d'assurance.
L'ingérence du gouvernement dans le secteur médical privé empêche les gens (en particulier les personnes à faible revenu) d'accéder aux dernières innovations et technologies disponibles dans le domaine médical. Pour que plus de Sud-Africains accèdent aux derniers médicaments disponibles et reçoivent les soins de qualité qu'ils méritent, le gouvernement doit éliminer les obstacles qui empêchent le marché de fonctionner efficacement.

 * Analyste à la Free Market Foundation.
Article publié en collaboration avec Libre Afrique

Par Jasson Urbach *
Samedi 4 Juillet 2015

Lu 872 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs