Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Commémoration du 38ème anniversaire de la disparition d’Omar Benjelloun

L’intégrisme voulait assassiner les valeurs démocratiques en devenir




Commémoration du 38ème anniversaire de la disparition d’Omar Benjelloun
En pareil jour, il y a 38 ans, Omar Benjelloun, l’une des figures de proue du mouvement ittihadi tombait victime du plus barbare des assassinats politiques des années de plomb.
Homme de gauche, militant au long cours, idéologue, syndicaliste, ingénieur, avocat, journaliste et, surtout, l’un des opposants les plus virulents et les plus en vue de ce Maroc en pleine effervescence des années 70, Omar Benjelloun a été lâchement poignardé dans le dos devant chez lui. Son assassinat fut un acte terroriste, planifié par ceux qui ont fait du meurtre sous couvert de la religion, une idéologie. Des personnes ignorantes, endoctrinées par la haine et l’hérésie,  ont été les outils de ce crime odieux commandité par une hydre dont l’obscurantisme n’avait d’égal que la violence qu’elle fomentait pour endiguer l’avancée de la pensée ittihadie que les travaux du Congrès extraordinaire de janvier 1975 avaient mise sur la voie de la clarté idéologique et du militantisme démocratique et ouvert  sur l’avenir.
Le meurtre d’Omar Benjelloun par les intégristes de la Chabiba Islamya avait été froidement planifié et exécuté en vue de porter un coup dur à l’USFP. En mettant un terme à la vie d’un leader politique, les hérauts de l’obscurantisme croyaient pouvoir ébranler le parti des forces populaires, ses valeurs, ses principes et son action. Il n’en fut rien puisque l’USFP n’a jamais dévié de sa voie et que sa détermination n’est sortie que plus grande et mieux aguerrie de cette épreuve.
 Deux menaces de mort avaient précédé ce crime odieux sous forme de colis piégés. Le premier destiné au martyr Omar Benjelloun n’a pas explosé et le second adressé, le même jour, à son compagnon de lutte Mohamed Elyazghi, a explosé au visage de ce dernier. Non satisfaites de ces attentats, les forces de la réaction ont planifié et entraîné leurs nervis pour commettre leur forfaiture de manière directe sur la personne d’Omar Benjelloun.
 38 années se sont écoulées depuis que ce dernier, que Dieu ait son âme, est tombé, ensanglanté, devant le seuil de sa maison à Casablanca, le jeudi 18 décembre 1975. Mais ses enseignements et son souvenir demeurent vivants dans la mémoire des militantes et militants ittihadis et également dans celle de toutes les forces de gauche et de l’ensemble du peuple marocain.
Le regretté fut, en effet, un militant brillant dans nombre de domaines. Ce fut aussi un journaliste audacieux qui n’hésitait jamais à dénoncer l’injustice et à propager la pensée démocratique socialiste et les valeurs de la modernité tout en veillant à exercer sa mission avec professionnalisme en tant que responsable des journaux à Al Moharrir et Palestine.
 Au côté d’Omar le journaliste, Omar l’avocat compétent et courageux défendait le droit. Dans un cas comme dans l’autre, il le faisait avec courage et abnégation, joignant la pensée à l’action et se dépensant sans compter. Ce fut le parfait exemple de l’intellectuel organique.
 Toutes ces qualités l’avaient doté  d’un charisme qui puisait sa pérennité de sa modestie et de son humanisme et en même temps de son autodidaxie et de sa flamme militante qui ne faisait que se renforcer dans les moments les plus critiques.
 Il fut donc et il demeurera à jamais l’exemple du parfait militant qui ne recule devant aucun sacrifice pour que le Maroc puisse profiter à tous les Marocains.

Bio express

1934 : Voit le jour dans l’Oriental.
1960 : Major de sa promotion à l’Ecole supérieure des télécommunications, Paris.
1963 : Enlevé et torturé à Dar Mokri, à Rabat.
1964 : Condamné à la peine capitale, commuée en prison à perpétuité.
1965 : Remis en liberté, il est repris et emprisonné pendant 18 mois.
1972 : Prend la direction d’Al Moharrir.
1973 : Reçoit un colis piégé et échappe à une mort certaine.
1975 : Assassiné le jeudi 18 décembre 1975.

Libé
Mercredi 18 Décembre 2013

Lu 686 fois


1.Posté par M''''hamed EL Yagoubi le 18/12/2013 12:29
On ne peut pas ne pas se rappeler d'Oamar Benjelloun chaque 18 décembre depuis 1975. Il nous a laissé la confiance dans nos capacités à faire ce qu'il nous semble important et utile. La confiance dans nos luttes et résistances, sources d'optimisme. Omar Benjelloun nous a appris à intégrer dans nos actions cette grande qualité qui est l'optimisme différent de l'attente.
Repose toi dans la paix. Nous restons toujours fidèles à tes principes. Tes expériences sont sources de nos savoirs et savoir-faire.

M'hamed EL Yagoubi
France

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs