Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comme prévu, la FRMF rejette les sanctions de la CAF




Comme prévu, la FRMF rejette les sanctions de la CAF
Les sanctions infligées par la Confédération africaine de football  à la Fédération Royale marocaine de football ont fait l’objet, comme prévu, de la dernière réunion, tenue mardi au siège de la FRMF à Rabat du Comité directeur de l’instance fédérale.
A ce propos, le communiqué fédéral émis se veut des plus clairs, faisant état de l’étonnement du Comité directeur suite aux décisions prises par la CAF, et affirme qu’ «elles ne correspondent en rien aux conclusions de la réunion tenue préalablement au Caire avec le président de la CAF», Issa Hayatou. 
Après examen approfondi de ce dossier qui a affecté au plus haut point le football national, le Comité directeur, tout en rejetant l’ensemble des sanctions sportives et financières, estime que « les décisions prises par le Comité exécutif de la CAF vont à l’encontre du développement du football africain, et ne reposent sur aucune base réglementaire».
 Le communiqué ajoute que « le Comité directeur s’engage à prendre toutes les dispositions et mesures nécessaires pour faire prévaloir les droits et intérêts du football marocain ».
A cet effet, les membres dudit Comité ont décidé de « laisser la latitude au président de la FRMF, Fouzi Lakjaâ,  pour prendre toutes les dispositions et mesures qu’il jugera appropriées ». De même que «le Comité directeur de la FRMF veillera à tenir l’opinion publique informée sur les développements futurs que connaîtra ce dossier».
Pour rappel, le verdict de la CAF était tombé vendredi dernier où sanctions sportive et financière sont allées, hélas, de pair.  Ainsi, le Maroc, après avoir été disqualifié de la CAN 2015, le sera encore pour les éditions de 2017 et 2019, de même que la Fédération Royale marocaine de football  devra s’acquitter au profit de la Confédération africaine de 882.000 euros en guise d’«amende réglementaire» en plus de 8.050.000 euros «en réparation de l’ensemble des préjudices matériels subis par la CAF et les parties prenantes du fait du désistement survenu ».
Depuis le déclenchement de l’affaire de la CAN 2015, le Maroc avait toujours été précis dans ses positions, insistant sur le report et non l’annulation de la Coupe d’Afrique des nations, arguant la thèse sanitaire : le danger de la propagation du virus Ebola s’il y a des rassemblements de masse. Bien entendu, la proposition marocaine n’avait pas été retenue et la CAN a été délocalisée en Guinée Equatoriale. Le tournoi s’était déroulé à la sauce africaine avec des hauts et des bas, mais sans enregistrer aucun cas d’Ebola. Ce qui ne doit pas plaider en faveur de la position marocaine, sauf que la décision prise par le Royaume se voulait préventive et était largement soutenue par l’ensemble des citoyens qui appréhendaient le danger d’une pandémie qui a fait jusqu’ici pas moins de 9000 morts. 
 Toutefois, le Comité exécutif de la CAF, où le Maroc brille par son absence, a décidé autrement, jugeant  que “contrairement à ce que soutient la FRMF, la force majeure ne saurait être retenue au bénéfice de cette fédération”. 
Etant une décision du Comité exécutif, le Maroc ne peut faire recours, mais les responsables marocains ont deux options : soit trouver un terrain d’entente avec la CAF en vue d’alléger la sentence, soit saisir le TAS (Tribunal arbitral du sport) et là, il faut dire que le football national risque gros au cas où le TAS confirmerait la décision de la CAF.
Jusqu’ici, la sanction sportive touche uniquement l’équipe nationale première privée des deux prochaines éditions de la CAN 2017 et 2019, alors qu’elle pourra prendre part aux éliminatoires, zone Afrique, du Mondial 2018 en Russie. Quant aux autres catégories des sélections nationales et clubs du terroir, ils ont été, fort heureusement épargnés, et d’après le quotidien spécialisé «L’Equipe», c’est Issa Hayatou, lui-même, qui a été derrière cette décision, arguant qu’il ne faut pas tuer le football marocain. Du fait que la première mouture comptait des «résolutions beaucoup plus contraignantes : interdiction de toutes les compétitions des clubs et de la sélection nationale jusqu’en 2022, soit jusqu’à la Coupe du monde au Qatar» 

La CAF envisage de supprimer 
la limite d’âge pour ses dirigeants


La Confédération africaine de football (CAF) envisage de supprimer la limite d’âge pour ses dirigeants, ce qui pourrait permettre à l’actuel président, Issa Hayatou, de briguer un nouveau mandat en 2017, a affirmé un responsable ghanéen à Malabo.
“La Fifa n’a plus de limite d’âge pour les membres de son comité, la CAF souhaite ainsi aligner son règlement” sur celui de la Fifa, a expliqué lundi Kwesi Nyantaki, membre ghanéen du comité exécutif de la CAF.
Jusqu’à présent, le règlement de la CAF interdit à une personne de plus de 70 ans de se porter candidat pour devenir membre du comité exécutif.
La proposition de supprimer cette limite d’âge sera présentée au prochain congrès de la CAF au Caire, les 7 et 8 avril.
Le Camerounais Issa Hayatou, 68 ans, est à la tête de la CAF depuis 1987. Il a été élu en 2013 pour un septième mandat consécutif. La règle de la limite d’âge lui barrerait la route d’un huitième mandat en 2017.
Lors de la précédente élection en 2013, l’Ivoirien Jacques Anouma n’avait pas pu se présenter contre M. Hayatou, en raison de ce même règlement.

Mohamed Bouarab
Jeudi 12 Février 2015

Lu 855 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs