Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comité national de la musique : Une Médaille d’or pour le virtuose Belaid El Akkaf




Comité national de la musique : Une Médaille d’or pour le virtuose Belaid El Akkaf
Le Comité national de la musique a remis, en début mars, la Médaille d’or de mérite, en guise de reconnaissance aux hommes de valeur, au compositeur et musicologue marocain, Belaid El Akkaf, pour ses œuvres musicales de qualité, notamment son dernier album “Moroccan musical journey from Tanger to Lagouira” et sa symphonie amazighe, la première du genre.
L’élection de ce virtuose en tant que personnalité de l’année 2012, a été également une occasion pour rendre hommage à ce musicologue connu et reconnu, en signant son dernier album enregistré à Los Angeles.
Président du Comité national de la musique, Hassan Megri a souligné que Belaid El Akkaf mérite bien cette médaille, en raison de son apport musical qui a enrichi la la musographie nationale et que cette récompense est une reconnaissance de la créativité de tout artiste.
Né à Rabat en 1952, Belaid El Akkaf a entamé sa carrière en intégrant un conservatoire en 1963, mais qu'il arrête très vite. Il reprend ses études au même conservatoire en 1967 et y obtient son diplôme. Il quitte ensuite le Maroc à destination de l'ex-URSS, pour entrer au conservatoire national de musique Tchaikovski à Kiev et y  décroche un diplôme en musicologie.
A son retour au Maroc, il monte un groupe de musique en 1972 en compagnie de Ammouri Mbarek, Yazid Qorfi, Tariq ElMaaroufi, Said Bijaaden, et Boutroufine. Ce groupe nommé Oussmane "Eclairs" reste parmi les premiers de musique amazighe, ce qui donnera naissance à d'autres groupes berbères qui vont s'illustrer au cours des années 70.
Il est actuellement professeur de musique à l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle, et il est également chercheur à l'Institut Royal de la culture amazighe à Rabat.
L’une des œuvres musicales remarquables de Belaid El Akkaf reste la première symphonie amazighe. Construite en quatre mouvements, allegro, adagio, menuet et final, cette composition dure une quinzaine de minutes. Le compositeur n’est pas allé très loin du patrimoine musical amazigh au niveau du rythme et des arrangements, puisqu’il a puisé dans le répertoire national. Il a ainsi repris des mélodies et des rythmes de la musique amazighe, des pays africains limitrophes, tels que le Mali et le Niger.

Mustapha Elouizi
Jeudi 8 Mars 2012

Lu 542 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs