Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Colère des survivants du typhon aux Philippines

Lenteur des aides et montée des pillages




Colère  des survivants du typhon aux Philippines
Des milliers de personnes tentaient désespérément mercredi d'obtenir une place sur un des rares vols quittant une des zones les plus touchées par le typhon Haiyan aux Philippines, alors que la colère des survivants privés de tout montait face à l'arrivée atrocement lente de l'aide.
Les autorités ont annoncé mercredi la mort la veille de huit personnes dans l'effondrement d'un mur d'un entrepôt de riz en train d'être pillé par la foule à Alangalang, à 17 kilomètres de Tacloban, l'une des villes les plus touchées par la catastrophe.
Les pillards sont repartis avec plus de 100.000 sacs de 50 kilos de riz chacun, a précisé Rex Estoperez, porte-parole de l'Autorité nationale de l'Alimentation, notant que les policiers et soldats qui gardaient les lieux avaient été totalement dépassés.
Cinq jours après le passage du typhon Haiyan, l'un des plus puissants à avoir jamais touché terre, accompagné de vents à plus de 300 km/heure et de vagues de plus de 5 mètres, de nombreux sinistrés de Tacloban ont perdu tout espoir et cherchent à tout prix à fuir cette apocalypse.
Certains d'entre eux, épuisés, traumatisés et affamés, ont provoqué une bousculade mercredi matin à l'aéroport de la ville, en ruines, suppliant de pouvoir embarquer dans un des avions militaires qui apportent aide humanitaire et équipement.
Malgré les promesses de dons de la communauté internationale et l'envoi d'une armada de navires de guerre occidentaux dont la plupart mettront plusieurs jours à arriver, l'aide parvient encore au compte-goutte, même si les autorités ont assuré mercredi que toutes les routes avaient désormais été dégagées sur les deux îles les plus touchées.
Une situation qui rend également difficile d'établir un bilan des victimes.
L'ONU, qui a lancé mardi un appel aux dons pour 301 millions de dollars (225 millions d'euros), a évoqué la mort de quelque 10.000 personnes dans la seule ville de Tacloban, mais le président philippin Benigno Aquino a estimé que ce chiffre était "trop élevé", évoquant "2.000 à 2.500" morts.
Le dernier bilan provisoire du gouvernement fait de son côté état de 2.275 morts et 80 disparus, alors que des corps qui jonchent encore  
Au total, l'ONU estime que plus de 11 millions d'habitants, soit plus de 10% de la population du pays, ont été affectés par cette catastrophe, dont 673.000 ont été déplacés. Et selon l'Organisation internationale du Travail (OIT), quelque trois millions de personnes ont perdu temporairement ou définitivement leur moyen de subsistance.
Pour décourager les pillards, un couvre-feu a été instauré à Tacloban, quatre véhicules blindés et des centaines de soldats et de policiers ont été déployés à travers la ville.
Si la situation dans cette ville est "affligeante", l'inquiétude est également grande pour certaines îles à l'écart, a commenté Patrick Fuller, dans une déclaration à l’AFP "Il y en a beaucoup, et je pense qu'il faudra des jours, si ce n'est des semaines, avant d'avoir un tableau précis de la situation".

AFP
Jeudi 14 Novembre 2013

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs