Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture en beauté du Festival international de luth de Tétouan : Belle prestation de Lotfi Bouchnak




Le rideau est tombé, samedi soir, sur la 13e édition du Festival internationale de luth de Tétouan avec une soirée mémorable marquée par la belle prestation du musicien tunisien Lotfi Bouchnak qui a gratifié le public d’une nouvelle chanson consacrée à son instrument fétiche Al Oud (luth). La soirée de clôture s'est déroulée en présence notamment du ministre de la Culture Bensalem Himmich, qui s'est félicité de l'organisation de ce festival, devenu un rendez-vous incontournable des férus de cet instrument mythique.
Le ministre s'est également réjoui du progrès réalisé par ce festival depuis sa création il y a 13 ans et qui constitue une fierté pour la population de la Colombe blanche.
Le festival s'était, rappelle-t-on, ouvert jeudi soir avec un hommage appuyé au musicien marocain Mohamed Rouicha, considéré comme le plus grand chanteur amazigh de tous les temps au Maroc.
Lors de la soirée de clôture, qui s'est déroulée également en présence du wali, gouverneur de la province de Tétouan, Mohamed Yacoubi, des présidents de la commune urbaine et du Conseil provincial respectivement Mohamed Idaomar et Bouchta Tbatou, le public a également eu droit à une belle prestation du luthiste palestinien Abdelhaleem Alkhatib.
Né en Tunisie d'une famille vraisemblablement d'origine turque de Bosnie, comme son nom l'indique, Lotfi Bouchnak, chanteur, luthiste et compositeur est un artiste inspiré, au charisme puissant qui embrase les foules arabes lors de ses récitals, tant par la puissance de sa voix, l'étendue de ses tessitures et ses qualités expressives exceptionnelles.
Artiste entier, passionné, il se consacre principalement à l'exécution du répertoire classique arabe de tradition savante. Interprète audacieux du malouf tunisien, joueur de Oud inspiré, il s'est nourri de l'influence des grands musiciens égyptiens, syriens, irakiens, tunisiens et turcs, tels que Tawfiq Quwiwi (qui fut son maître), Salih Al Mahdi, Sayyid Darwish, Salih Abd Al Hayy, Sabah Fakhri, qui colore de façon éclatante son style où les inflexions proches-orientales se teintent de nuances arabo-andalouses.
Lotfi Bouchnak a ainsi su conquérir le public mélomane de Damas, Bagdad. Le Caire, Alger ou Amman et cette fois-ci, de Tétouan. Des virtuoses du luth et autres musiciens de neuf pays, Maroc, Tunisie, Jordanie, Palestine, Espagne, Pays-Bas, Turquie, Iran et Norvège ont pris part du 5 au 7 mai à ce festival, notamment Driss Malmouni (Maroc), l'Ensemble Léon l'Africain (Maroc, Jordanie et Palestine), le trio Nizar Rohana (Palestine, Jordanie et Norvège), et l'Ensemble Zejel (Maroc, Espagne), et du groupe Ahadaf (Maroc, Turquie et Pays-bas).

MAP
Mardi 10 Mai 2011

Lu 125 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs