Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture en apothéose du Festival d'Imintanout pour l'émigré




Un public nombreux estimé à quelque 30.000 âmes a pu suivre avec émerveillement, les différents shows et spectacles programmés lors de cette soirée de clôture animée du Festival d'Imintanout pour l'émigré "Amzouag", qui a pris fin samedi soir dans une ambiance de liesse.
A cette occasion, la star de l'art amazigh, Raïssa Aicha Tachinouite, a interprété nombre de titres de son répertoire musical riche et original, puis la formation musicale Archach.
Pour satisfaire tous les goûts et mettre en lumière la diversité et la richesse culturelle et artistique du Maroc profond, le public a été également au rendez-vous avec des troupes folkloriques, telles que "Ahouach Imintanout", "Ahidouss", "Houmada Alhrarcha" et "Rogba Zagora".
L'un des moments forts de cette édition, qui a choisi cette année pour thème "Les leaders d'Ahouach Imintanout", est la parade d'une quinzaine de troupes folkloriques, représentant diverses régions du Royaume, outre des groupes de la fantasia et une équipe d'acrobates (Sidi Ahmad Oumoussa), qui ont sillonné les grands axes de la ville, lors de la cérémonie d'ouverture de ce festival, aux chants et aux rythmes de musiques authentiques.
Initié par le Forum d'Imintanout pour l'Art et la Culture, en partenariat notamment avec le Conseil municipal de la ville, cet événement constitue une opportunité idoine à même de consolider le rayonnement de l'art amazigh et de le faire connaître davantage, notamment à travers la promotion de "l'Art d'Ahouach".
Elle sert aussi d'occasion pour mettre en lumière les potentialités culturelles, artistiques et civilisationnelles que recèle cette partie du Royaume, notamment dans des domaines littéraires comme la poésie et le chant amazighs, tout en contribuant à l'essor économique et touristique d'Imintanout et des régions avoisinantes.
Ce festival se veut, en outre, le couronnement des efforts visant la promotion, la valorisation et la préservation de cet art populaire amazigh, tout en garantissant un véritable retour de l'émigré à ses racines historiques et civilisationnelles, dans la perspective de jeter des passerelles de communication et de contact entre ce dernier et la mère-patrie.

MAP
Mardi 3 Août 2010

Lu 268 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs