Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture du quinzième Festival international du théâtre universitaire

Zhor Lamâamri et Herbert Svoboda à l’honneur à Agadir




Clôture du quinzième Festival international du théâtre universitaire
Le rideau est tombé sur la quinzième édition du Festival international du théâtre universitaire d’Agadir après quatre jours de spectacles, d’échanges, de rencontres et de formation.
Justement, à propos de cette nouveauté que sont les ateliers de théâtre, Zahra Makach, professeur de théâtre à la FLSH d’Agadir, membre du comité d’organisation et directrice des ateliers et de la formation nous a déclaré : « La quinzième édition est très intéressante parce qu’on a programmé des ateliers de formation toutes les matinées. Des ateliers qui sont dirigés par des professionnels, Fattah Diouri qui est directeur du théâtre de Hannovre et Agnès Régolo qui est metteur en scène professionnel, et avec la participation de la Pologne et celles des Iles Canaries et la France, Lyon et Antoine Vitez Provence». Et d’ajouter : « Ce qui est intéressant en ce qui concerne les ateliers, c’est qu’on arrive à former des étudiants, à leur montrer d’autres techniques, à travailler sur le corps. Et on a vu, pendant la clôture, le résultat d’un atelier. Les gens ont pu découvrir qu’on peut faire des choses en peu de temps, mais il faut avoir une certaine culture théâtrale; il faut être très proche des textes, faire des recherches, être à jour. Vraiment, je conseille aux étudiants de lire et surtout d’aller voir des spectacles pour pouvoir représenter des créations à la hauteur. »
« Pour cette 15e édition, on a eu vraiment envie d’opter pour la qualité, c’est-à-dire moins de spectacles et beaucoup de formation. C’est la première expérience dans la mesure où il y a des ateliers les matinées, mais c’est une première expérience qui va nous pousser à travailler sur d’autres initiatives, c’est-à-dire à programmer plus de formation avec plus de professionnels. Cette année, on a eu deux ateliers, et j’espère que l’année prochaine, on va essayer de programmer théâtre-ateliers avec théâtre-résultats et faire un montage», a conclu notre interlocutrice.
S’agissant de la compétition officielle et après en avoir délibéré, le jury du Festival présidé par Aïcha Yacoubi Haroun a proclamé les résultats suivants :
-Encouragement du jury : Abderrahim El Kadi pour son rôle dans « Invitation officielle» Atelier FMD Casablanca et Samira El Aattar pour son rôle dans « L’étranger et les femmes » Atelier FSJES Université Cadi Ayyad Marrakech ;
-Meilleure interprétation féminine: Samira Boutissia pour son rôle dans « L’étranger et les femmes », Atelier FSJES Université Cadi Ayyad Marrakech et Amina Lamghari pour son rôle dans « Les bonnes », compagnie des Trois Université Lumière Lyon 2 France ;
-Meilleure interprétation masculine : Hatim Abdelghafour pour son rôle dans «L’étranger et les femmes», Atelier FSJES Université Cadi Ayyad Marrakech et Soufiane Messaoudi pour son rôle dans « Petits et grands », Atelier Choumê FSJES Salé ;
-Meilleure recherche théâtrale : « Cairasco et l’Accueil», Espacio 21 Université Gran Canaria Espagne ;
-Meilleure scénographie : «L’étranger et les femmes », Atelier FSJES Université Cadi Ayyad Marrakech ;
-Meilleure cohérence : «L’étranger et les femmes», Atelier FSJES Université Cadi Ayyad Marrakech ;
-Meilleur mise en scène : Salima Richi pour « Intus et In cute» ENCG Université Ibn Zohr Agadir.
Il est à noter que le jury a décidé de ne pas décerner le prix du meilleur texte et le grand prix du festival cette année.
Cette année, le FITUA a rendu hommage à la grande actrice marocaine, Zhor Lamâamri et au professeur allemand, Herbert Svoboda.
Zhor Lamâamri est une grande pionnière du théâtre marocain. En effet, elle a entamé sa carrière artistique par le scoutisme Hassania marocain avant de faire partie de plusieurs troupes marocaines dont la troupe Hassan El Joundy, celles de la Jeunesse et des Sports, de Tayeb Seddiki, d’Al Wafae Al Mourrakouchia et de Maâmora du ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle a également participé au doublage en France de plusieurs films indiens en arabe dialectal sous la direction de Brahim Sayeh. Au cinéma, cette grande actrice a participé à plusieurs productions cinématographiques nationales et internationales sous la direction de grands réalisateurs tels l’étalon noir de Francis Ford Coppola, Le message de Mostafa Al Aâkad, Les beaux jours de Shéhrazade, L’homme qui a vendu le monde ainsi que de très nombreuses œuvres pour la télévision : Aâynak Mizanek, Al Qitar Wa Anass, Tariq Al Majhoul, Al Ard, Al Khayma, La Brigade, Moudawala, Min Dar li Dar, etc.
Ex-doyen au Fachhoschule de Frankfurt (Allemagne), Herbert Svoboda est à l’origine du partenariat signé, à Frankfurt, entre l’Université Ibn Zohr d’Agadir et la Fachhoschule de Frankfurt am Main. Il est aussi l’initiateur avec François Guerenne de Clermont-Ferrand et Ahmed Sabir de l’Université d’Agadir de « L’échange trinational» qui a réuni des étudiants des trois universités successivement dans les trois pays. Ce trinational a donné lieu à une expérience unique en son genre et qui a consisté en la formation d’une troupe théâtrale conjointe entre l’Université de Frankfurt et l’Université d’Agadir sous la direction du célèbre metteur en scène, Willi Prami. A cette occasion, Herbert Svoboda a déclaré:«C’est un grand honneur pour moi d’être ici , au Festival international du théâtre universitaire d’Agadir. J’ai eu l’occasion de voir les différentes pièces de théâtre présentées ici, à Agadir. Avec mon collègue, Ahmed Sabir, qui n’est pas seulement un collègue, mais aussi un ami. Et pas seulement lui, car il y en a d’autres comme Omar Halli avec lesquels on coopère, et on a toujours eu un très bon résultat. En plus, je viens avec plaisir à Agadir pour organiser des échanges, etc. Je suis donc ravi d’avoir pu faire venir un groupe de Pologne qui a montré des danses, une forme de théâtre de danse. Je voudrais enfin dire aux étudiants qui sont ici de faire beaucoup d’efforts pour connaître d’autres cultures, car c’est très important. »
Pour sa part, Zhor Lamâamri a dit:«Je remercie ce beau public tout souriant. Je remercie ce public qui m’a encouragée alors que j’étais encore une enfant de 12 ans et je n’oublierai jamais cela. Le public est mon trésor, mon capital. Je remercie tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réussite de ce Festival et encouragé l’acteur de théâtre, père des arts comme on dit, qui est le plus riche et le plus cher de tous les arts. Donc, je félicite tous ces jeunes à l’occasion de la Journée mondiale du théâtre. Et je dédie cet hommage à vous, les jeunes, vous qui allez prendre la relève. Je voudrais également remercier tous ceux qui ont pensé à moi, qui m’ont invitée à ce grand Festival qui a déjà quinze ans. Car, et je dois le reconnaître, j’ai toujours été oubliée. Merci à tous et à l’année prochaine. »
Signalons enfin, qu’un présent a été remis à Hanaa Abdelfattah Metwaly (Egypte) et Ahmed Alcharji (Irak).


M’BARK CHBANI
Vendredi 2 Avril 2010

Lu 1187 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs