Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture du Festival international du film documentaire : Le palmarès dévoilé ce soir à Khouribga




Clôture du Festival international du film documentaire : Le palmarès dévoilé ce soir à Khouribga
La quatrième édition du Festival international du film documentaire (AFIFDOK), dont le coup d’envoi avait été donné mercredi dernier, s’achève ce soir à Khouribga. La Turquie est l’invitée d'honneur de cette édition à laquelle prennent part plus d’une dizaine de 10 pays. Organisée à l’initiative de l’Association du Festival du film documentaire de Khouribga, avec le soutien du Centre cinématographique marocain (CCM) et d'autres institutions publiques et privées, cette manifestation met en compétition 11 productions marocaines et étrangères. Des films d’excellente facture que départagera le jury présidé par Dr Abdellah Jawdat (Koweït) lors de la cérémonie de clôture qui interviendra ce soir. Soulignons que des hommages, expositions (peintures, photographies et reliques), colloque et des ateliers de formation aux techniques de mise en scène ont ponctué, quatre jours durant, cet événement qui entend être le «rendez-vous incontournable de partage et d’échange entre les professionnels de film documentaire et son public», souligne-t-on. En plus de vouloir contribuer au développement culturel, économique et social de cette ville, refléter et partager les préoccupations des habitants, le Festival se propose de «développer les techniques (surtout numériques) à travers la formation et l’organisation des ateliers pour les personnes intéressées de la ville de Khouribga, de sa région, et du Maroc», indiquent les organisateurs. A travers cette manifestation, les promoteurs s'engagent également à «fournir une image exacte du lien entre la culture du Maroc d'hier, d'aujourd'hui et de demain, et d’établir que cette culture est ouverte sur l'autre». Tout en contribuant «à la documentation de notre mémoire nationale, provinciale, régionale et locale … (et) de fabriquer des stations de surveillance au cours de l'histoire», expliquent-ils. Mieux, intégrer la culture dans les manifestations sociales, culturelles, artistiques; rejeter toutes les manifestations de violence, d'extrémisme et fournir une occasion d'engager la culture de l'image et du son dans de nobles questions humanitaires». L’objectif étant de contribuer à une image fidèle du Maroc, celle d’un Maroc des changements et des initiatives. Il convient de noter qu’outre les professionnels, l’AFIFDOK s’adresse également aux élèves, étudiants et aux jeunes en général. Le Festival entend les conscientiser à «l'importance du film documentaire dans le développement de leurs aptitudes cognitives, culturelles, psychologiques et éducatives», précisent-ils. Présidée par Dr. Habib Nasseri, chercheur et critique, cette manifestation est aussi l’occasion d’offrir à cette couche sociale «la possibilité d'interagir et de communiquer avec d'autres personnes marocaines et étrangères» à travers diverses activités organisées en marge de ce rendez-vous. Enfin, parmi les prix proposés lors de cette édition, figure aussi le «Prix OCP du jeune réalisateur amateur», destiné à récompenser les productions de films documentaires réalisés par des jeunes. Cette récompense «reflète une volonté réelle de l’OCP de contribuer à l’épanouissement de la jeunesse et à la promotion des valeurs de création, de partage et d’ouverture », indique auprès de l’entreprise publique.

Films en compétition officielle

"Marmara sous les feux" (David Segara, Turquie), "The Fort" (Faisal Al Otaib, Arabie Saoudite), "Les femmes refusent la mort" (Mohammad Kenawi, Italie), "Gouli Yhilo"u (Mohammed Janahi, Bahreïn), "Machine Man" (Roser Corella et Moral Alfnsso, Espagne), "Irak: Les enfants victimes de Falloujah" (Feurat Alani, France).
"Lady of the Square" (Adil Aljamal, Egypte), "Mariée kidnappée au Kurdistan" (Jason Mojica, USA), "Nous sommes ici" (Abdallah Yahya, Tunisie), "Pages oubliées: Bibliothèque Moulay Zidane" (Ahmad Zayed, Maroc), "Al Aqsa habite Al Aqsa" (Abderrahman Laawan, Maroc) et "Quelques instants avant l'attentat" (Atif Issa, Palestine).

ALAIN BOUITHY
Samedi 1 Septembre 2012

Lu 525 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs