Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Claude Juncker exhorte la Turquie à libérer les journalistes emprisonnés




Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exhorté mercredi la Turquie à libérer les journalistes emprisonnés dans le pays et à "cesser d'insulter" les dirigeants européens, lors de son discours annuel sur l'état de l'Union à Strasbourg.
"J'adresse aujourd'hui un appel aux responsables en Turquie, libérez nos journalistes et pas seulement les nôtres, cessez d'insulter nos Etats membres, nos chefs d'Etat et de gouvernement en les traitant de fascistes et de nazis", a-t-il lancé devant le Parlement européen.
Selon le site P24, spécialisé dans la liberté de la presse, quelque 170 journalistes sont détenus en Turquie. Les journalistes turcs sont de loin les plus touchés, mais leurs confrères étrangers sont également concernés. Deniz Yücel, journaliste germano-turc, est ainsi écroué depuis février, et Loup Bureau, jeune reporter français, depuis fin juillet.
La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par Reporters sans Frontières (RSF).
"La place des journalistes est dans les rédactions, là ou règne la liberté d'expression, leur place n'est pas dans les prisons", a insisté M. Juncker.
L'appel de M. Juncker intervient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et l'UE, accentuées par les purges massives qui ont suivi le coup d'Etat manqué de l'été 2016.
La chancelière allemande Angela Merkel a franchi un pas en demandant récemment l'arrêt des négociations d'adhésion avec Ankara, entamée en 2015 et aujourd'hui au point mort. Mais la plupart des autres pays européens préfèrent pour l'heure maintenir ce lien fragile, malgré leurs craintes sur les dérives du régime turc.
Pour chaque pays candidat à une adhésion, "il faut que l'Etat de droit, la justice et les valeurs fondamentales soient respectés", a dit mercredi M. Juncker. "Cela exclut une adhésion de la Turquie à l'UE dans un avenir proche", a-t-il ajouté, estimant que le pays, "depuis un certain temps (...) s'éloigne très vite de l'UE, à pas de géants".
"J'ai des fois l'impression que certains en Turquie veulent couper les ponts pour ultérieurement accuser l'UE de l'échec des discussions d'adhésion", a estimé le chef de l'exécutif européen.

Jeudi 14 Septembre 2017

Lu 336 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs