Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Cinéma plein air” s’invite à Agadir

Six films projetés au Théâtre de Verdure de l’IFA




Du 1er au 6 août, les cinéphiles gadiris auront rendez-vous avec un programme spécial 7ème art intitulé «Cinéma plein air». Concocté par l’Institut français d’Agadir, ce programme comprendra la projection, à partir de 21h au Théâtre de Verdure de l’IFA, de six films classiques marocains et étrangers. A commencer par «Les Temps modernes», réalisé par Charles Chaplin en 1936. Ce film de 1h27min sera projeté à l’Institut français d’Agadir. Cette œuvre relate l’histoire d’un homme qui s’appelle Charlot ouvrier dans une usine. «Il resserre quotidiennement des boulons. Mais, les machines, le travail à la chaîne le rendent malade, il abandonne son poste, recueille une orpheline et vit d’expédients. Le vagabond et la jeune fille vont s‘allier pour affronter ensemble les difficultés de la vie », lit-on dans le synopsis du film.
Le lendemain, à la même heure et au même endroit, « L’enfant endormi » de Yasmine Kassari, 95 min, réalisé en 2004, sera projeté. Dans un village du nord-est du Maroc actuel, le mariage de Zeinab ne ressemble guère à une fête, son époux ayant décidé, avec d’autres, de partir dès le lendemain matin pour l’Espagne dans la clandestinité. Pour eux, il n’y a plus rien à faire au village. Quelque temps plus tard, Zeinab comprend qu’elle est enceinte. Dans l’attente du retour de son mari et sous la pression de la mère de ce dernier, elle fait endormir son fœtus. Le temps passe et les espoirs d’un retour s’amenuisent de jour en jour….
Le troisième film programmé sera projeté lundi 3 août prochain à partir de 21h. Il s’agit de «Prends 10 000 balles et casse-toi », un long-métrage de 90 min, réalisé par Mamoud Zemmouri en 1981. L’histoire se passe à l’époque où les Algériens résidant en France se sont vu proposer la somme de 10.000 francs pour retourner dans leur pays. C’était sous la présidence de Giscard d’Estaing. Une famille d’émigrés accepte ce contrat. Une tentative de réinsertion colorée et savoureuse traitée avec humour. Mardi 4 août, « Lyla ma raison » s’invitera à son tour sur les écrans gadiris de l’IFA. Réalisé par Taïeb Louhichi en 1989, ce film de 90 min parle de la fameuse histoire d’amour entre Qays et Layla. Qays est amoureux depuis son enfance de Layla qui partage cet amour. Poète, il décide de crier son amour à tous vents. Le père de Layla serait d’accord, mais ne peut accepter l’affront que lui fait Qays de chanter publiquement son amour pour Layla. Il interdit à Qays de la revoir et obtient le droit de le tuer s’il s’obstine à clamer tout haut son amour ; les obstacles feront perdre la raison à Qays qui va sombrer dans la déraison. Puis, se profilera ensuite l’une des plus belles réussites du cinéma marocain : «Ali Zaoua, prince de la rue». Cette œuvre de 1h 40 min réalisée par Nabyl Ayouch, décrit la vie de quatre enfants des rues casablancaises :Ali, Omar, Kwita et Boubker. Au-delà de tous les problèmes quotidiens de survie, une amitié indéfectible les lie. Depuis qu’ils ont quitté la bande de Dib. Ils habitent sur le port. Car Ali Zaoua veut devenir marin et faire le tour du monde. Cependant, Ali est tué dans une bagarre entre bandes rivales. Dorénavant, ses trois copains n’auront qu’u seul but, lui offrir l’enterrement qu’il mérite.
Et enfin, « Silence on tourne » sera le dernier film projeté dans ce programme. Réalisé en 2001 par le défunt Youssef Chahine, ce film de 1h48 min raconte l’histoire de la riche cantatrice et actrice Malak qui cherche à être aimée pour elle-même. Blessée par son divorce, elle tombe sous le charme d’un arriviste, Lamei, jusqu’à vivre pour lui une passion obsessionnelle. Son scénariste et son metteur en scène tentent alors de la séparer de cet individu qui met en péril sa carrière. Ces derniers font croire à Lamei que la fortune familiale ira à Paula, la fille de Malak. Espérons que ce programme fera plaisir aux amateurs du cinéma national et étranger. Signalons enfin que parallèlement à ces projections, l’Institut français d’Agadir accompagnera la deuxième édition du Festival cinématographique de Tiznit du 1er au 8 août 2009.

Mounir Adil
Mardi 28 Juillet 2009

Lu 257 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs