Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chute significative de la mortalité maternelle dans le monde




Le nombre de femmes décédant en couches a chuté de façon significative dans le monde, selon une nouvelle étude publiée dans la revue médicale britannique "Lancet" alors que s'ouvrait mercredi une série de réunions aux Nations unies destinées à mobiliser des milliards de dollars pour financer les programmes internationaux de santé publique.
Le "Lancet" dit avoir fait l'objet de pressions pour que la publication de cette nouvelle étude soit reportée à septembre, à l'issue des réunions onusiennes. L'étude publiée dimanche a en effet créé la surprise parmi les experts, établissant que le nombre de femmes décédées pendant la grossesse ou en couches a chuté de plus de 35% ces 28 dernières années.
Un autre rapport publié mardi par une organisation dépendant de l'ONU estime de son côté que les chiffres peuvent toujours atteindre jusqu'à 500.000 décès par an. Le désaccord entre ces deux études met en lumière les enjeux politiques de la santé publique et notamment, la façon dont les progrès réalisés sur le plan médical peuvent compromettre le financement de programmes d'aide. Ces enjeux sont d'actualité, alors que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, devait lancer mercredi soir une nouvelle initiative internationale sur la santé reproductive, de la mère et du nouveau-né à New York. Le rédacteur en chef de la revue "Lancet" s'est dit déçu que des militants de la santé maternelle lui aient demandé de reporter la publication de l'étude. "Les militants estiment qu'un chiffre inférieur de mortalité maternelle brouille leur message", a-t-il déclaré mercredi à l'Associated Press. "La défense des causes peut parfois se mettre en travers de la science", a-t-il déploré. Dans leur étude, Christopher Murray et ses collègues de l'Institut des indicateurs de santé de l'université de Washington ont trouvé que le nombre de décès en couches a chuté de 500.000 en 1980 à environ 343.000 en 2008. Cette étude, financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, est basée sur un plus grand nombre de données et une modélisation statistique différente des études précédentes.
Le rapport publié par le "Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant" (PMNCH), une alliance internationale hébergée par l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), a pour sa part établi que les progrès en santé maternelle se sont "ralentis".
A partir d'une "analyse détaillée", dont les sources et la méthode n'ont pas été précisés, le rapport du PMNCH conclut que 350.000 à 500.000 femmes meurent en couches chaque année. Les responsables de l'ONU estiment ainsi avoir besoin de 20 milliards de dollars (environ 15 milliards d'euros) par an entre 2011 et 2015 pour sauver les femmes et les enfants dans les pays en développement. Le Dr. Flavia Bustreo, directrice du PMNCH, a estimé qu'il n'y avait aucun conflit entre les deux études. Le PMNCH n'est pas impliqué dans les pressions exercées sur la revue "Lancet", a-t-elle ajouté.
Pour les experts, les statistiques sur la santé publique doivent être considérées avec la plus grande attention, notamment lorsqu'elles sont établies par des personnes qui sollicitent également des financements pour leurs programmes.
"L'ONU a déjà par le passé gonflé les statistiques des maladies afin de continuer à recevoir des financements, donc j'accorderais davantage de crédit à des statistiques qui donnent une mesure inférieure de la maladie", a affirmé Philip Stevens de l'"International policy network", un groupe de réflexion londonien. Pour lui, "cela confirme que celui qui dépeint le tableau le plus apocalyptique est celui qui reçoit le plus d'argent, même s'il doit pour cela manipuler et inventer les chiffres".
L'ONU tient cette semaine à New York une réunion sur la santé de la mère et de l'enfant réunissant des experts en santé publique et des chefs d'Etat. Elle sera suivie d'une seconde réunion en juin à Washington. 

AP
Samedi 17 Avril 2010

Lu 342 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs