Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chute imminente du gouvernement pro-austérité de droite au Portugal

La gauche unie pour mettre fin à la politique d’austérité




La gauche portugaise, unie pour la première fois en 40 ans de démocratie, s'apprête à faire chuter le gouvernement minoritaire de droite pour mettre un terme à sa politique d'austérité, suscitant l'inquiétude des marchés financiers.
Longtemps considéré comme l'élève modèle de la zone euro prompt à appliquer la rigueur budgétaire réclamée par ses créanciers internationaux, le Portugal est entré à nouveau dans une zone de turbulences à l'issue incertaine.
A peine onze jours après son entrée en fonctions, le gouvernement de Pedro Passos Coelho, 51 ans, est sur le point de rester dans l'histoire comme l'exécutif le plus éphémère du Portugal, battant le record détenu jusqu'ici par celui dirigé par Alfredo Nobre Da Costa qui avait tenu 85 jours en 1978.
Victorieuse aux élections législatives du 4 octobre avec 38,6% des voix, la coalition de droite a toutefois perdu sa majorité absolue au sein d'un Parlement dominé par la gauche emmenée par le Parti socialiste, arrivé deuxième avec 32,3% des voix.
Après des passes d'armes entre la gauche et la droite lundi, les débats au Parlement portugais ont repris mardi matin. Fort du soutien des instances de son parti et de l'extrême gauche, le chef des socialistes Antonio Costa, 54 ans, comptait faire voter dans l'après-midi une motion rejetant le programme du gouvernement, ce qui entraînera automatiquement sa démission.
Le Parti socialiste, le Bloc de gauche, proche de Syriza au pouvoir en Grèce, le Parti communiste et les Verts disposent ensemble de 122 députés sur 230, soit plus que la majorité requise pour renverser le gouvernement de M. Passos Coelho.
Pour y arriver, les partis rivaux de la gauche ont dû chercher, au moins temporairement, à gommer leurs divergences historiques qui avaient pourtant animé une campagne électorale sans concessions, marquée par de vifs échanges entre leurs chefs de file.
Si le Parti socialiste a signé le traité d'adhésion du Portugal à l'Union européenne en 1985, ses futurs alliés n'ont jamais caché leur méfiance envers une Europe qui a, selon eux, contribué à appauvrir les Portugais en imposant des contraintes budgétaires démesurées. Au sein même du Parti socialiste, des membres de son aile gauche se montrent sceptiques envers l'Europe: "Le PS n'accepte pas l'Union européenne telle qu'elle est", a relevé lundi Pedro Nuno Santos, vice-président du groupe parlementaire socialiste.
Si le programme de la gauche visant à redonner du pouvoir d'achat aux Portugais suscite certaines inquiétudes en Europe, on juge à Bruxelles que la situation au Portugal n'est pas comparable à celle de la Grèce après l'arrivée au pouvoir de Syriza, car Antonio Costa s'est engagé à "respecter les règles budgétaires européennes".
Le fonctionnement d'un gouvernement du PS soutenu à l'Assemblée par l'extrême gauche, s'il finit par être investi par le président conservateur Anibal Cavaco Silva, pourrait cependant s'avérer problématique: "Ce sera un exécutif faible, et des élections anticipées se profilent en 2016", estime David Schnautz, analyste de Commerzbank.
Ce que redoutent les investisseurs, c'est "une fatigue de l'austérité, qui empêche les réformes nécessaires d'être mises en œuvre", poursuit-il.
Signe de la frilosité des marchés, la Bourse de Lisbonne était en baisse de 2,12% vers 10H00 GMT après avoir dévissé de 4,05% lundi, et les taux d'emprunt du Portugal à dix ans évoluaient autour de 2,84%, contre 2,29% avant les élections.
"De toute manière, une telle alliance ne peut pas durer, ils ne sont pas d'accord entre eux et il n'y a pas l'argent nécessaire pour mettre en œuvre leurs promesses", estime Joao Pedra, 43 ans, qui avait pourtant donné sa voix aux communistes. Et dans une Europe acquise majoritairement à la cause de l'austérité, les marges de manoeuvre d'un futur gouvernement de gauche sont extrêmement limitées.
"L'électorat de la gauche risque d'être déçu, car un gouvernement du Parti socialiste sera obligé de respecter les engagements du Portugal vis-à-vis de Bruxelles", fait valoir le politologue Antonio Costa Pinto.
Une fois n'est pas coutume, la droite et la gauche devaient manifester hier après-midi simultanément devant l'Assemblée de la République à Lisbonne, mais pour des causes bien distinctes: les uns pour s'opposer au départ du gouvernement, les autres pour saluer l'arrivée d'une alliance anti-austérité.

Mercredi 11 Novembre 2015

Lu 122 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs