Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chouala fustige la gestion hasardeuse du secteur de la Jeunesse et des Sports




Suite à l’évaluation de la politique publique afférente au dossier de l’enfance et de la jeunesse au Maroc, l’Association Chouala pour l’éducation et la culture vient de diffuser un communiqué pointant du doigt la gestion hasardeuse du secteur de la jeunesse et des sports tout en imputant l’entière responsabilité au ministère de tutelle qui a, visiblement, du mal à assimiler les fondements du partenariat qui le relie aux associations œuvrant dans le domaine.
A cet effet, Chouala attire l’attention sur la régression des acquis de la société civile marocaine victime de la politique de marginalisation et de la sourde oreille privilégiée par le gouvernement qui refuse toujours de s’ouvrir sur les composantes de la société civile.
Mémorandum et lettres à l’appui, Chouala dénonce la réaction négative et indigne de la présidence du gouvernement ainsi que du ministère de la Jeunesse et des Sports, aux initiatives de dialogue prises par l’association à plusieurs reprises. Un mémorandum envoyé au chef de l’Exécutif à l’occasion de la rentrée sociale 2014-2015 est resté lettre morte comme c’est le cas pour les demandes de rencontres adressées au département de l’enfance et de la jeunesse.
Le communiqué réitère l’engagement de Chouala à défendre les causes et les institutions de l’enfance et de la jeunesse comme elle l’a toujours fait durant 40 ans, tout en appelant le gouvernement marocain à faire montre d’ouverture et donner vie aux fondements et mécanismes de la démocratie participative en vue d’optimiser le dialogue avec le mouvement associatif national.
Annonçant le boycott des stages des animateurs des colonies de vacances organisés par le ministère pendant les vacances de la fin du premier semestre, Chouala attire l’attention sur la gestion hasardeuse de ce dossier qui devrait faire l’objet  de concertation directe avec les associations concernées. De ce fait, le communiqué appelle le ministère de tutelle à ne pas limiter sa communication et ses consultations à la seule Fédération nationale d’estivage qui ne peut en aucun cas se substituer aux associations indépendantes.
La marginalisation et l’affaiblissement de la société civile et des instances de médiation sociale qui contribuent à la consolidation et la préservation de la paix sociale risquent de figer leurs rôles constitutionnels, précise le communiqué.

Abdelali Khallad
Samedi 30 Janvier 2016

Lu 1957 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs