Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chômeurs de tout le pays… déchantez ! La loi de Finances 2016 rate le coche




La montagne aura finalement accouché d’une souris. Dans le cadre du projet de loi de Finances 2016 (PLF), le gouvernement créera à peine quelque 26.000 postes d’emplois dans la Fonction publique. Un nombre qui est loin, voire très loin, de permettre la résorption du chômage endémique qui n’a cessé d’enfler depuis l’arrivée au pouvoir du PJD. Ceci d’autant plus que le carnet de commandes du secteur privé ne peut consentir à une forte création de postes de travail au regard de la crise qui sévit encore chez les principaux donneurs d’ordre de l’industrie marocaine, notamment européens.
Un fait avéré : avec le chômage dans le pays qui surfe encore au-dessus de la barre du million de personnes, le marché du travail est-il en mal d’une politique de dynamisation?, comme l’a très bien souligné le Centre marocain de conjoncture dans sa dernière notation de l’économie nationale.
Toute politique économique, vient de faire ressortir le document, se veut basée sur une croissance économique forte et créatrice d’emplois. C’est d’ailleurs ce qui explique que les défis majeurs des politiques économiques restent étroitement tributaires de la maîtrise de la dynamique de ce marché. Ainsi, l’on précise de même source qu’en plus des efforts qui doivent être entrepris pour une mise à niveau de l’économie nationale et de promotion de l’investissement productif, un intérêt particulier doit être porté sur la valorisation des ressources humaines, facteur important dans l’ascenseur social et surtout dans la réduction des disparités sociales. Toutefois, relève le CMC, les déséquilibres du marché de travail ne pourront être atténués que par la promotion de l’investissement privé et l’incitation à la mise en place de mécanismes d’amélioration des compétences, d’intermédiation et de formation insertion.
«Avec l’arrivée de quelque 190.000 nouveaux demandeurs d’emploi par an, le Maroc souffre encore d’un taux de chômage élevé notamment chez les diplômés. La programmation des mises à niveau multisectorielles a révélé au grand jour l’inadéquation entre les besoins en qualifications appropriés aux nouveaux métiers et une offre disponible matérialisée par les diplômés chômeurs de l’enseignement supérieur en constante augmentation», note-t-on à juste titre.
Quoi qu’il en soit, le PLF 2016 contient de nombreux bémols, à l’instar de son ambition de réaliser un taux de croissance de 3%. Il s’agit là, on l’aura compris, d’un impair qui est également à mettre au passif de l’actuel Exécutif, puisqu’il n’est pas, semble-t-il, à même de relancer la machine économique. Tout au plus constitue-t-il une reconnaissance par l’Exécutif de son impuissance à réaliser un taux plus honorable. En effet, si l’année 2015 a marqué un bon départ de l’économie nationale en escomptant une croissance autour de 5%, celle de 2016 ne sera pas de bon augure au regard des prévisions du PLF.
Aussi, si ce dernier prévoit la poursuite de la réduction du déficit budgétaire à 3,5% et la maitrise de l'inflation à hauteur de 1,7%, dans le cadre d'un prix du pétrole à 61 dollars le baril, il tend également, paraît-il,  à encourager l'investissement privé, le soutien de l'entreprise et l'accélération des plans sectoriels…Tout ceci est bien beau, s’exclament plusieurs économistes de la place, expliquant que même si le PLF 2016 ambitionne des postes qui devraient être créés à travers «l'effort» entrepris en matière d'investissement public estimé à 189 milliards de dirhams (MMDH), les dépenses d’investissement au niveau de l’administration publique ne seront que de 61 MMDH au total. Un chiffre qui est, de loin, en deçà, des effets d’annonce dont le gouvernement est trop imbu.

Meyssoune Belmaza
Vendredi 16 Octobre 2015

Lu 999 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs