Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Choix dangereux de l’escalade ou plan de sortie de crise ? : Obama présente sa nouvelle stratégie en Afghanistan




Choix dangereux de l’escalade ou plan de sortie de crise ? :  Obama présente sa nouvelle stratégie en Afghanistan
Le président américain devait annoncer hier l’envoi de dizaines de milliers de soldats américains en Afghanistan. Sans attendre, il a déjà contacté généraux et chefs d’Etat pour coordonner l’étape suivante: la mise en œuvre de son plan.
Dès dimanche, Obama “a communiqué sa décision finale dans le Bureau ovale en ce qui concerne la stratégie et a donné ses ordres pour ce qui est de la mise en œuvre de la stratégie”, a dit son porte-parole, Robert Gibbs.
Lundi, il était en vidéoconférence ou au téléphone avec des partenaires étrangers aussi importants que le Premier ministre britannique Gordon Brown, les présidents français et russe Nicolas Sarkozy et Dmitri Medvedev, sans toutefois s’ouvrir auprès d’eux du chiffre exact des renforts, selon Gibbs.
Obama devait dire publiquement qu’il a fait le choix dangereux de l’escalade devant les élèves de West Point, la plus prestigieuse école militaire américaine.
Il devait annoncer l’envoi d’environ 30 000 soldats supplémentaires, selon le chiffre le plus communément cité. Il devrait également appeler les alliés des Etats-Unis, réticents à le faire, à envoyer eux aussi des renforts. Et il devrait aussi expliquer à des Américains de plus en plus hostiles à cette guerre, la plus longue de l’histoire américaine après le Vietnam, comment il s’y prendra pour que le déploiement ne tourne pas à l’enlisement.
Il y avait environ 35.000 soldats américains en Afghanistan quand Obama a pris ses fonctions. Ils sont aujourd’hui environ 68.000 après une première augmentation des effectifs en février. S’il déploie 30.000 hommes supplémentaires, le contingent aura triplé sous sa jeune présidence.
Il s’agit de la décision peut-être la plus difficile de sa présidence. Même si Obama a hérité de cette guerre, elle est désormais son affaire et, selon l’expert en sciences politiques Peter Woolley, “il y a bien plus à perdre qu’à gagner”: “Pour une issue qui soit favorable aux Américains en Afghanistan, il faudra des années, et encore... le fait qu’elle est favorable ne sera pas flagrant, ça n’aura rien à voir avec la conquête de l’Allemagne en 1945”.
Si l’issue n’est pas favorable, le nom d’Obama, qui a fait de l’Afghanistan une “guerre nécessaire” après des années de négligence au profit de l’Irak, sera associé à cet échec. Obama s’est donc concerté pendant trois mois avec ses généraux, ministres et conseillers. Dimanche, il a mené d’ultimes consultations avec eux, avant de les informer de son choix.
Lundi, outre ses conversations avec Brown, Sarkozy et Medvedev, il recevait le Premier ministre australien Kevin Rudd, avec la possibilité de le sonder sur une éventuelle contribution australienne à l’envoi de renforts.
Il devait aussi s’entretenir avant son discours d’hier avec deux acteurs essentiels dans l’application de sa stratégie: les présidents afghan Hamid Karzaï et pakistanais Asif Ali Zardari.
D’intenses consultations étaient en cours avec le Congrès. Avec les parlementaires, y compris ses alliés démocrates, Obama est directement confronté au scepticisme désormais majoritaire chez les Américains quant à la nécessité de cette guerre qui, loin de paraître prendre fin après plus de huit ans, connaît son année la plus meurtrière pour les soldats et les civils.
Obama devrait insister hier sur le fait que l’engagement américain n’est pas illimité ni inconditionnel et sur la priorité suivante: empêcher que la région ne serve à nouveau à attaquer les Etats-Unis, une ambition éloignée de la grande vision démocratique de son prédécesseur George W. Bush. Il fera de l’entraînement et de la montée en puissance des forces afghanes un impératif pour qu’elles prennent le relais des forces internationales.
Selon le New York Times, M. Obama devrait se montrer plus précis hier qu’il ne l’a été jusqu’alors sur les limites dans le temps de l’engagement américain en Afghanistan, sans aller jusqu’à présenter un calendrier ferme de retrait à la manière irakienne.

AFP, AP, Reuters
Mercredi 2 Décembre 2009

Lu 596 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs