Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Chkoun ghaytfi telfaza ?” en représentation à Meknès

Dabateatr donne une représentation de sa nouvelle création, vendredi 25 et samedi 26 courants, à 22h30, au Centre culturel Mohamed El Menouni




“Chkoun ghaytfi telfaza ?” en représentation à Meknès
Après sa prestation de mardi 22 et de mercredi 23 au Musée de la Kasbah à Tanger, Dabateatr poursuit sa tournée nationale à Meknès où elle fait escale ce week-end.
Dans la capitale ismaélienne, la compagnie marocaine donnera deux représentations de sa nouvelle création, «Chkoun ghaytfi telfaza?» («Qui va éteindre la télé?»), les vendredi 25 et samedi 26 juillet courant à partir de 22h30, au Centre culturel Mohamed El Menouni.
Interprétée par les comédiens Jamila El Haouni et Adil Abatorab, «les actions de cette pièce se déroulent la nuit, dans la chambre à coucher d’un jeune couple pendant qu’ils regardent la télé», explique son auteure, Iman Reghay.
«La question/prétexte des enjeux dramatiques entre ces deux personnages, tourne autour de : «qui va éteindre la télé?», une phrase banale répétée plusieurs fois par le mari et évitée par la femme qui prend refuge dans des jeux de mémoire et des souvenirs de leurs vie(s) passé(s)», précise-t-elle.
«Le couple et le pouvoir du silence». Tel aurait pu être le titre de cette création dont «le projet de mise en scène n’est pas de tenter de mettre des contours et des traits démonstratifs mais d’explorer les enjeux du couple dans ses détails les plus «évidents», rappelle Jaouad Essounani. Le metteur en scène souligne d’ailleurs que son «essai est de revisiter «le non-verbal»/le non-dit/ exprimé par le geste souvent et l’énergie des corps toujours».
Si dans la pièce, on est devant un flôt continu de «bavardages» qui prétend exprimer un sens, la  démarche de Jaouad Essounani, confie-t-il, «est de questionner ce que cache cette parole-prétexte qu’est cette incessante question de «qui va éteindre la télé ?» exprimée par le mari en opposition à cette fuite vers le passé, ultime refuge de la femme».
Il est à rappeler que cette magnifique création, mise en scène par Jaouad Essounani, a été triplement primée au 16ème Festival national de Meknès.
En effet, la pièce a raflé en juin dernier les prestigieux prix du meilleur texte (Imane Reghay), du meilleur rôle féminin (Jamila El Haouni) et celui de la meilleure mise en scène attribué à son réalisateur, Jaouad Essounani (avec Abdelmajid Elhaouasse).
Il est à souligner que cette tournée est organisée avec le soutien du ministère de la Culture et que les places sont limitées à 100 personnes par représentation (30DH tarif étudiants/sans emploi, 60DH Tarif public).
Notons enfin que «Chkoun ghaytfi telfaza?» est réalisée en collaboration avec Iman Reghay (assistante à la mise en scène), Tarik Rinh (scénographie), Saïd Benjeddi (régie), Nabil Touzani (coordination) et Faissal Azizi en guest.

Alain Bouithy
Vendredi 25 Juillet 2014

Lu 286 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs