Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Changyuraptor, un dinosaure à quatre ailes capable de voler




Changyuraptor, un dinosaure à quatre ailes capable de voler
La Chine recèle de trésors paléontologiques que les chercheurs s'attèlent depuis des années à découvrir. De nouvelles espèces de dinosaures y sont ainsi régulièrement identifiées. Dernièrement, une équipe a annoncé avoir mis en évidence un spécimen à plumes pour le moins surprenant, doté de quatre semblants d'ailes et d'une longue queue.
Les analyses menées sur les restes fossilisés de l'organisme suggèrent que l'animal pouvait éventuellement voler, et ce bien avant l'apparition des oiseaux. Les fossiles du dinosaure à plume ont été retrouvés en 2012 dans le gisement de Jehol, situé dans la province de Liaoning, au nord-est de la Chine.
Ce site est connu pour l'incroyable diversité de restes fossilisés qu'il détient et fait ainsi l'objet de nombreuses découvertes suite à des fouilles paléontologiques ou de simples hasards. "La grande majorité des fossiles de dinosaures sont collectés par les agriculteurs qui y vivent", explique dans un communiqué Luis Chiappe, membre de l'équipe de recherche.
Le spécimen nouvellement identifié a été baptisé Changyuraptor yangi. Sa description a fait l'objet d'une publication parue mardi dans la revue en ligne Nature Communications. Les résultats de l'étude indiquent que le dinosaure a vécu il y a 125 millions d'années. A cette époque, il arborait un corps couvert entièrement de plumes y compris sur sa queue et ses quatre membres, antérieurs et postérieurs.
Cette apparence donnait ainsi l’impression de deux paires d’ailes. De part son anatomie, les chercheurs ont placé le spécimen parmi le groupe des "microraptoriens" caractérisé par des reptiles dits "à quatre ailes" de petite taille. Parmi cette famille, Changyuraptor yangi était vraisemblablement le plus gros spécimen avec son 1 mètre 30 de long, du museau au bout de la queue.
A l’heure actuelle, la capacité des microraptoriens à voler ou planer est largement débattue au sein de la communauté scientifique. Toutefois, les chercheurs à l’origine de la découverte de Changyuraptor yangi estiment que le reptile était sûrement capable de se déplacer dans les airs pour capturer ses proies, même si sa technique était assez maladroite.
Leurs calculs indiquent en effet que la queue emplumée de l’animal était capable de contrôler la descente en vol et assurer l’atterrissage. Cette conclusion suggère ainsi que le vol pourrait avoir déjà été pratiqué bien avant l’apparition des premiers oiseaux. Une hypothèse qui reste toutefois à confirmer. "De nombreuses caractéristiques longtemps associées avec les oiseaux ont en réalité évolué chez les dinosaures bien avant que les oiseaux n'entrent en scène" explique Alan Turner, co-auteur de l'étude.
Il développe : "Ça inclut par exemple les os creux, la nidification, les plumes... et peut-être bien le vol". "Il faudra beaucoup d'autres éléments pour saisir toutes les nuances du vol chez les dinosaures, mais le Changyuraptor nous fait faire un grand bond en avant", conclut enthousiaste le chercheur.

Maxisciences
Samedi 26 Juillet 2014

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs