Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Centenaire de la naissance de Louis de Funès

Ce comédien  à la carrière atypique qui a connu une gloire tardive, n'avait qu'un seul rêve: faire rire petits et grands, dans ce monde trop triste.




Centenaire de la naissance de Louis de Funès
Né à Courbevoie, en 1914, de parents espagnols, Carlos Luis de Funès de Galarza, était  devenu l'une des vedettes européennes les  plus populaires, dans les années 1960 et 1970. Après  s'être cantonné, durant une quinzaine d’années, dans de petits rôles insignifiants. Ses prestations n'excédaient pas quelques scènes, à l’époque, et il ne faisait qu'enchaîner silhouettes et figurations. Tout en se débrouillant ailleurs pour gagner sa vie comme comptable, étalagiste, fourreur, décorateur, et surtout musicien d’ambiance, dans un piano-bar. Mais même derrière son piano, il n'arrêtait pas de gigoter et de gesticuler de tous les côtés,  en faisant ses fameuses grimaces. Ce sont ces grimaces-là qui vont faire merveille, plus tard, dans la célèbre pièce "Oscar", qui fut un véritable triomphe, en 1959. Il y a eu ensuite  le succès de "Pouic- Pouic", en 1963. Un an après, c'est le triomphe absolu avec "Le gendarme de Saint-Tropez", qui a été le premier film français où on voit une soucoupe volante prendre son envol.  Mais  ce sont ses duos avec Bourvil qui vont le confirmer dans son statut de grand comique, exigeant et perfectionniste,  coléreux et irascible, mais sans la moindre trace de méchanceté.  "La Grande vadrouille", film hilarant sorti en 1966, fut le plus grand succès du cinéma français, avec plus de 17 millions d'entrées. Ce film, entré dans la légende du cinéma  hexagonal, reste indémodable par ses situations burlesques et ses répliques percutantes. Louis de Funès y incarne admirablement le personnage d'un chef d'orchestre grincheux, qui répond au nom de Stanislas Lefort. Quant à Bourvil, il joue avec une parfaite maîtrise le rôle d’Augustin Bouvet, peintre en bâtiment.
Dans les années suivantes, Louis de Funès, en génie de la comédie, travaillera  davantage son jeu grimaçant et ses mimiques. Et ce dans des films-culte du  cinéma français, comme "La Folie des grandeurs" ou  "Les aventures de Rabbi Jacob". Signalons également " Hibernatus", film franco - italien, qui occupe une place à part dans la filmographie de cet acteur énergique et irrésistible. C'est l'histoire fantaisiste d'un certain Paul Fournier, victime d'un naufrage, à l'âge de vingt- cinq ans, et dont le corps a été miraculeusement conservé dans un bloc de glace, pour être retrouvé à Groenland. Ainsi aura-t-il  l'occasion  inespérée de rencontrer sa descendance. D'autres grandes réalisations suivront, dans la carrière atypique de ce comédien de génie, qui subira, en 1975, deux attaques cardiaques successives, probablement liées au surmenage. Ce qui ne l'empêchera pas de tourner encore quelques films, dont "L'Aile  ou la cuisse", avec Coluche.
 Il meurt en janvier 1983, à l'âge de 69 ans. 

Mehdi Ouassat
Mardi 7 Janvier 2014

Lu 867 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs