Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ceferin: C’était le moment pour un nouveau visage




“C’était le moment pour un nouveau visage”: le monde a découvert mercredi celui d’Aleksander Ceferin, élu à Athènes président de l’UEFA, deuxième personnage le plus puissant du football après le président de la Fifa.

Mais d’où venez vous ? Qui vous a dit de vous présenter ? Personne ne vous connaissait...
“D’abord, c’était ma décision de me présenter. Quand j’ai vu que j’avais des soutiens, c’est devenu plus facile. C’était le bon moment pour voir un nouveau visage. C’était le temps pour des changements. Pourquoi 42 votants sur 55 m’ont fait confiance ? Il faut leur demander”.

Vos soutiens viennent de petits et moyens pays, mais vu votre score écrasant des gros aussi non ?
“Les grosses fédérations, les petites et moyennes demandaient la même chose, du changement. L’Italie fut un de mes premiers et plus gros soutiens et à l’époque ce n’était pas sûr que j’allais l’emporter comme ça”.

Vous êtes jeune, 48 ans, sans expérience, quasi inconnu: vous avez dû bien manoeuvrer en coulisses non ?
“Je n’étais jamais en coulisses, personne dans les coulisses comme vous dîtes n’aurait pu avoir 42 voix venant de tous les endroits en Europe”.

Vous êtes élu pour l’instant pour 2 ans et demi: voulez-vous vous représenter ensuite ?
“C’est trop tôt pour penser à une réélection. J’essayerai de faire un maximum de choses pendant ce mandat”.

Certains médias ont dit que vous étiez Slovaque alors que vous êtes Slovène...
 “J’espère qu’en occupant ce poste, les gens pourront placer la Slovénie sur une carte du monde.”

La réforme de la future Ligue des champions privilégie les gros championnats: allez-vous corriger ça ?
“Nous n’avons pas été correctement informés de cette réforme, je dois m’asseoir avec les 55 fédérations qui composent l’UEFA et je dois voir ce qui peut être fait”.

Comment lutter contre l’influence grandissante des gros clubs ?
“Sans leadership pendant un temps (au début de la suspension de Michel Platini), c’était un problème. Nous devons maintenant montrer que c’est nous qui gouvernons, la situation peut être résolue si nous parlons aux clubs”.

A quoi pensez-vous quand vous parlez de plus de transparence ?
“A une durée limite des mandats. Et nous devons avoir un comité de conformité dans notre fonctionnement”.

Quel sera votre premier geste en tant que président ?
“Serrer la main de chaque personne de l’administration, me présenter à eux”.

Quels sont les périls qui planent sur le foot?
“Les matches truqués, le racisme, la sécurité, surtout en ces temps. Et le fair-play financier doit être renforcé car le gouffre s’accroît entre les gros clubs et les autres”.

Pourriez-vous faire de Michel Platini un président honoraire ?
“J’y réfléchis”.

Est-il vrai que vous avez traversé cinq fois le désert du Sahara ?
 “Oui, je l’ai traversé quatre fois en voiture et une fois en moto”.

Vendredi 16 Septembre 2016

Lu 460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs