Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Casaprojecta donne carte blanche à Nour-Eddine Lakhmari

Pour le réalisateur de “Casanegra” et “Zéro”, il s’agit d’une véritable bouffée d’oxygène




Casaprojecta donne carte blanche à Nour-Eddine Lakhmari
Casaprojecta, rendez-vous mensuel autour de la projection cinématographique,   s’est proposé  de donner la parole au  scénariste et réalisateur Nour-Eddine Lakhmari, en ce début de janvier. Un  rendez-vous propice à la rencontre et la découverte de l’autre, séquencé par dix courts-métrages et extraits de films, choisis par le président du concours Cinécole du 13ème Festival international du film de Marrakech.
Organisé dans un espace accueillant,  près du port de Casablanca, l’ambiance  y était plutôt  joviale et bon enfant. L’assistance était nombreuse, et les passionnés du septième art  se sont réunis autour du grand projecteur, puis  à l’écoute de  Nour-Eddine Lakhmari,  ainsi que d’autres  artistes qui ont participé à l’événement.
La sélection, opérée par le cinéaste marocain a débuté avec deux courts-métrages de sa création. Tout d’abord, “The Paperboy”, qui ne dépasse pas cinq minutes, réalisé en 1997,  et dont la réalisation n’a pas été de tout repos, pour ce cinéaste  formé à l’École norvégienne.  Quant à “Brèves notes”, Nour-Eddine Lakhmari a tenu à préciser  que ce court-métrage était “un condensé de sa  propre vision de  la Norvège, qui est certes  le pays le plus riche d’Europe, mais qui est aussi le pays  où l’on vit dans une solitude extrême. Signalons que   “Brèves notes”  a remporté 17 prix internationaux, dont le Dolby Award Grimstad en Norvège.
Noureddine Lakhmari a également présenté des oeuvres d’autres réalisateurs.  L’oeuvre présentée dans le cadre d’une exposition ranimant les œuvres de Caroll Schoetell “Casa-Pandora” de Julien Fouré a été diffusée en sa présence. Ont également été projetés des extraits de “Taxi Driver” de Martin Scorsese, du film suédois “Le septième sceau” d’Ingmar Bergman, et aussi “Courte vie” d’Adil Fadili. 
Ces projections  ont été  analysées et commentées, avec érudition, par les artistes présents. Une belle occasion, en somme, pour mieux appréhender  la vision artistique et les goûts  cinématographiques  de Nour-Eddine Lakhmari et comprendre certains aspects importants de son œuvre.
Ouvert à tous, cet événement représente une belle opportunité pour les amateurs d’arts visuels de partager des moments de pur plaisir cinématographique. 

Danaé Pol
Vendredi 10 Janvier 2014

Lu 471 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs