Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Casablanca rend hommage à Driss Chraïbi

Une occasion de revisiter les nombreuses dimensions des textes de l’écrivain




La ville de Casablanca rend hommage à son enfant, le grand écrivain Driss Chraïbi, du 11 au 14 avril, avec au programme un colloque international sur ce grand romancier et son immense œuvre et des représentations théâtrales de "La civilisation ma mère", de "La mère du printemps", en commémoration du 10ème anniversaire de sa disparition. La communauté scientifique et le milieu littéraire rendront hommage à cette grande figure de la littérature marocaine et universelle à travers un riche programme de communications, de tables rondes et une exposition d'éditions originales d'ouvrages et de documents de Driss Chraïbi, avec la participation de chercheurs, traducteurs, écrivains et artistes de différents pays (Maghreb, France, Espagne, Italie, Allemagne, USA), selon l'un des initiateurs de cette manifestation culturelle, Kacem Basfao, grand ami du défunt romancier. "Bientôt dix ans que Driss Chraïbi (1926-2007) nous a quittés. Cela justifie pleinement de prendre le temps d'un regard rétrospectif sur l’œuvre et l’homme". C’est pourquoi un colloque international se tiend du 11 au 14 avril à Casablanca pour marquer cette commémoration. A travers cette manifestation riche en activités, Casablanca entend faire de 2017 l’année de Driss Chaibi", a confié l’universitaire dans une interview à la MAP. "Il y a dix ans, Driss Chraïbi, auteur du «Passé simple» et «Un ami viendra vous voir», tirait sa révérence. Dix ans après, on parle toujours de Driss Chraïbi, on voit bien la postérité et la stature universelle de ce grand écrivain et son importance consacrée par le temps qui passe", souligne M. Basfao, ami de 30 ans de Chraïbi.
Ce colloque sera l’occasion de revisiter les textes de l’auteur et les nombreuses dimensions de l’œuvre encore largement méconnues et sur lesquelles la recherche commence tout juste à se pencher, et, tout particulièrement, la très importante production de l’homme de radio : celle du producteur d’émissions de médiation culturelle et de vulgarisation de la culture arabo-musulmane, mais aussi et surtout celle de l’adaptateur de fictions. "L'objectif étant de faire l’état des lieux de la recherche sur l'écrivain, procéder à une relecture de ses œuvres et à une réactualisation des approches de sa production littéraire", explique M. Basfao, également critique littéraire. Cette commémoration sera donc l'occasion de cumuler les apports de la recherche et de l’ouvrir à d’autres questionnements. "Il est grand temps d’avoir l’audace de reconnaitre et revendiquer l’universalité de nos plus grandes figures d’écrivains en soulignant la fécondité de leurs œuvres", relève M. Basfao, précisant en ce sens que Driss Chraïbi a écrit des livres pour enfants (Les aventures de l'âne Khâl), des romans policiers littéraires (Une enquête au pays, L’inspecteur Ali...), des livres de très grande spiritualité (L’âne, Les boucs) ainsi que des ouvrages qui sortent du régionalisme littéraire, "Un ami viendra vous voir", "Mort au Canada".
Pour lui, Chraïbi a porté le particulier marocain à l’horizon universel, en s’érigeant en écrivain à part dans les littératures maghrébin, en précurseur et en devancier dans ses écrits. Chraïbi écrit sur la société de la communication et de la consommation, la condition humaine, mais de l'intérieur, avec émotivité, sensibilité et parfois distance", note M. Basfao.
Mettant en avant la force, les capacités humaines, la proximité et la sensibilité de l’écrivain, M. Basfao estime que Driss Chraïbi est de ces écrivains marquants dont la durée, loin d’éroder l’impact de leurs textes phares, les fait apprécier à leur juste valeur.
Pour ce critique littéraire, "la véritable consécration d'un écrivain, c'est l'intérêt porté à ses œuvres, car la présence d'un auteur après son absence, c'est de par l'importance de débat suscité par son œuvre". Soulevant des questionnements en des termes inédits au moment de leur publication, ces textes n'ont rien perdu de leur actualité ni de l’acuité et de l’intérêt du rapport au monde qu’ils présentent.
Professeur de la littérature à l'Université Hassan II de Casablanca, Kacem Basfao est un critique littéraire spécialiste de la littérature maghrébine de langue française. Dans sa thèse de doctorat : "Structures du texte et du récit dans l'œuvre romanesque de Driss Chraïbi", soutenue en 1989, l'auteur analyse les contenus riches des entretiens qu'il a réalisés avec Driss Chraïbi.

Mardi 11 Avril 2017

Lu 764 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs